Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la (...) > Citoyenneté : les limites de l’artifice juridique

Conférence de Mathieu Bock-Côté

Citoyenneté : les limites de l’artifice juridique

Mercredi 10 février 2016 de 12h30 à 14h, UQAM

La lutte contre l’exclusion et les discriminations a poussé les sociétés occidentales à désinvestir la citoyenneté de ses contenus identitaires et culturels. Mais l’universalisation radicale du lien politique rend de plus en plus difficile la reconnaissance d’un nous historique, sur lequel appuyer la communauté politique. Aussi, dans un contexte de guerre, on peine à la fois à s’identifier et à identifier l’ennemi. On parlera par exemple d’un terrorisme générique qui s’abattrait sur les sociétés libres, mais on refusera de le caractériser. Cette déréalisation rend de moins en moins intelligible les tensions interculturelles ou intercommunautaires, car il rend pratiquement impossible leur conceptualisation. Dans cette conférence, je m’intéresserai aux limites de l’artificialisme juridique dans la définition de la citoyenneté, et plaiderai pour une réhabilitation de la diversité des cultures historiques comme des régimes appelés à les institutionnaliser politiquement.

Conférence de Mathieu Bock-Côté
Sociologue, chargé de cours aux HEC et chroniqueur au Journal de Montréal.

QUAND : Mercredi 10 février 2016 de 12h30 à 14h

LIEU : Salle A-5020, Pavillon Hubert-Aquin - UQAM, métro Berri-UQAM


Conférences-Débats

Session Automne 2016

12h30-14h00

Les 20 janvier ; 10 février ; 10 mars ; 14 avril 2016

Dans le cadre du projet « Radicalisation islamique, politique identitaire et questions citoyennes », piloté par Mounia Aït Kabboura, doctorante et chargée de projet à la chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique propose, cette session d’Automne 2016, une série de conférences-débats, de 12h30 à 14h00, sur la radicalisation islamique en Occident. Les conférenciers cherchent à démonter la logique interne de la radicalisation selon trois dynamiques complexes et enchevêtrées :

  1. la dynamique de l’Islam en Occident dans les rapports étroits avec l’Islam politique et l’Islam traditionnel dans le monde islamique ;
  2. la dynamique de la construction identitaire nationale postmoderne dans ses rapports complexes avec les identités culturelles et religieuses immigrantes et la question des inégalités sociales et d’intégration ;
  3. La dynamique « post-printemps arabe », marquée par la montée des demandes fortes de démocratisation et de sécularisation brimée depuis la Nahda et le réveil des sentiments de victimisation et d’humiliation dus au processus historique de la mémoire coloniale et post coloniale.
Organisé par
Participant
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal