Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > La participation locale comme conditionnalité de l’aide ? L’expérience des (...)

La participation locale comme conditionnalité de l’aide ? L’expérience des camps de déplacés en Haïti

Revue Politique et sociétés , 21 décembre 2015

La participation locale comme conditionnalité de l’aide ? L’expérience des camps de déplacés en Haïti

La participation locale aux réponses humanitaires ainsi que le rôle des populations affectées font désormais l’objet de nombreuses discussions. Les différentes logiques qui sous-tendent la participation dans les situations de post-urgence peuvent être analysées en fonction de l’application qui en est faite par certaines organisations d’aide, mais aussi de la perception qu’en ont les populations. En outre, le recours au comité de camp comme stratégie de participation a soulevé une série d’enjeux de légitimité et de représentation auxquels les différents acteurs ont tenté de répondre. Dans ce contexte, le modèle de participation érigé en norme par la communauté d’experts humanitaires constitue-t-il une nouvelle forme de conditionnalité de l’aide ? À la lumière d’enquêtes menées en 2012 et 2013 dans les camps de déplacés en Haïti, nous proposons dans cet article d’analyser les logiques participatives en tenant compte des conflits, des contraintes et des résistances qui en résultent au sein des communautés. Pour conduire cette analyse de discours, nous étudions d’une part les normes guidant les pratiques des organisations humanitaires et d’autre part les récits d’entretien avec les bénéficiaires et autres acteurs du camp.

Andréanne Martel, « La participation locale comme conditionnalité de l’aide ? L’expérience des camps de déplacés en Haïti », Politique et Sociétés, Volume 34, numéro 3, 2015, p. 9-36

Disponible ici.


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal