Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

La Presse en entrevue avec Andréanne Martel concernant la crise électorale en Haïti

La Presse, 10 février 2016

La coordonnatrice de l’Observatoire sur la Coopération internationale du CIRDIS, Andréanne Martel, citée dans un article de Jean Thomas Léveillé de La Presse le samedi 6 février 2016.

CRISE ÉLECTORALE
Haïti sans président ?

Le mandat du président haïtien Michel Martelly prend fin à minuit, ce soir, ce qui devrait laisser le pays sans chef d’État. Avec le report sine die du second tour de l’élection présidentielle, à la fin de janvier, aucun successeur n’a pu être élu. Quatre mots pour comprendre la crise électorale.

Jean-Thomas Léveillé La Presse

VACANCE

« La Constitution ne prévoit rien pour un intérim où il n’y aurait plus de président et pas de successeur après la date du 7 février », selon l’historien et constitutionnaliste haïtien Georges Michel, cité par l’Agence France-Presse, qui évoque un « vide constitutionnel ». Des discussions ont toutefois lieu pour désigner un président, ou une présidente, par intérim. Quoi qu’il en soit, l’absence de chef d’État n’est « pas grave du tout », selon le professeur Jean-Pierre Le Glaunec, de l’Université de Sherbrooke, qui estime que le pays ne sera pas sans direction pour autant. « Il n’y a pas d’exécutif, mais il y a un [corps] législatif et un pouvoir judiciaire », souligne-t-il, ajoutant que la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) assure la stabilité du pays, « que l’on trouve ça bien ou pas ».

BAILLEURS

Si Haïti peut fonctionner sans président, du moins à court ou moyen terme, la désignation d’un chef d’État revêt son importance pour les partenaires internationaux de Port-au-Prince. « C’est plutôt pour les bailleurs, pour les projets de développement à plus long terme » ou pour les investisseurs, explique Andréanne Martel, du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) de l’UQAM. Pour les organisations humanitaires, « ça ne change rien dans leur travail de coordination au quotidien », ajoute-t-elle. Jean-Pierre Le Glaunec abonde dans le même sens : « Les élections en Haïti sont organisées non pas pour les Haïtiens, mais pour le Canada, les États-Unis et la France, c’est-à-dire pour rassurer les bailleurs de fonds [en leur garantissant] qu’il y aura un niveau de stabilité suffisant pour que l’argent ne soit pas trop détourné. »

DIALOGUE

La crise électorale « force les partis politiques à s’écouter », note Jean-Pierre Le Glaunec. S’il se montre optimiste, il s’attend néanmoins à ce que le dialogue soit ardu et long, « peut-être neuf mois ou un an ». Il faudra notamment remettre sur pied le conseil électoral provisoire, dont six des neuf membres ont démissionné. Andréanne Martel se montre aussi optimiste, rappelant qu’Haïti a organisé des élections législatives et municipales en 2015. La chercheuse croit qu’il faut cesser de remettre les institutions haïtiennes en question : « Ce sont les acteurs politiques en place et les différents candidats qui vont arriver avec une solution en s’installant ensemble ; ce n’est pas la MINUSTAH, pas l’OEA [Organisation des États américains], pas les États nord-américains. »

Pour lire l’article complet, cliquez ici :

D'autres publications

Articles scientifiques | Olivier Arvisais est professeur au Département de didactique et co-président du Comité scientifique de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC)

The Integration of Religious Elements into ISIS Textbooks

Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC)

The Integration of Religious Elements into ISIS Textbooks, Religion & Education, Volume 47, (...), 19 février 2020

Ouvrages collectifs | Justin Massie est professeur au Département de science politique et directeur scientifique au Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ)

America’s Allies and the Decline of US Hegemony

Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ)

Routledge, 2019, 242 pages, 18 février 2020, par Justin Massie

Articles de journaux | Dossiers d’actualité | Joseph H. Chung est co-directeur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE) et professeur associé au Département des sciences économiques

The Political Economy of Corruption : Corruption Kills People, Ruins the Economy, Violates Human Rights. The Experience of Korea

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Global Research le 14 février 2020, 18 février 2020, par Joseph H. Chung

Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

Le colloque a eu lieu les 24 et 25 janvier 2020, à Montréal, 17 février 2020

Notes de conférence | Présenté dans le cadre du Geopolitics of Artificial Intelligence Symposium du 12 mars 2019

Not Knowing What Hit You and the Disruptive Potential of the Disgruntled : Risks of geopolitical instabilities caused by artificial intelligence and emerging technologies

Faculté de science politique et de droit | UQAM

Rédigé par Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et droit de l’UQAM, 13 février 2020, par Hugo Cyr

Visionnez le vidéo et découvrez les photos de l’événement

L’IEIM et le CEDIM ont eu le plaisir d’accueillir le professeur Maurice Kamto à l’UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Faculté de science politique et de droit | UQAM

L’événement a eu lieu le 7 février 2020 à Montréal, 10 février 2020

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

Mme Thool est également étudiante au doctorat en cotutelle internationale entre l’Université Toulouse 1 Capitole et (...), 10 février 2020

Articles scientifiques | Une analyse de Delon Madavan, chercheur associé au Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Le quartier indien de Singapour : cultures sud-asiatiques et rivalités socio spatiales

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Les Cahiers d’Outre-Mer, numéro 278, pp.505-524, 7 février 2020, par Delon Madavan


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)