Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Le droit humain d’accès à l’eau : de la théorie aux réalités (africaines)

Le droit humain d’accès à l’eau : de la théorie aux réalités (africaines)

Jeudi 31 mars 2016 à 12h30

Le droit humain d’accès à l’eau : de la théorie aux réalités (africaines)
Paul Hansbury et Claude Sauveplane

Jeudi 31 mars à 12h30
Salle A-1715

A-1715, Pavillon Hubert-Aquin, 400 rue Ste-Catherine Est, UQAM, Métro Berri-UQAM

Conférence organisée conjointement par le Centre interdisciplinaire de recherche
en développement international et société (CIRDIS)
et la Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU).

Description de l’évènement

La conférence sera l’occasion de définir le concept de droit humain d’accès à l’eau et de situer les contours de son application. Les conférenciers interrogeront l’interdépendance des usages de l’eau en s’appuyant sur les exemples du bassin du Mouhoun au Burkina Faso et des bassins hydrographiques au Tchad. Ces cas mettent en lumière les différentes catégories du droit en Afrique Subsaharienne. La présentation abordera la question des espaces locaux de concertation et de planification participative autour de l’eau (au niveau des bassins hydrographiques) ainsi que le rôle de la société civile et des pouvoirs législatifs (codes de l’Eau et parlements nationaux) pour « garantir » le droit d’accès.

Crédit Photo : Paul Hansbury

Biographies des conférenciers

Possédant 37 ans d’expérience dans le secteur de l’eau et de l’assainissement dont 30 ans à titre de chef de mission dans 9 pays de l’Afrique francophone, Paul Hansbury a acquis une forte connaissance de terrain dans le cadre de la mise en œuvre de programmes d’approvisionnement en eau potable (AEP) en milieu rural et dans la gestion des ressources en eau en zone sahélo saharienne et en zone tropicale. Dans le cadre de l’AEP, il est intervenu dans plus de 7000 communautés villageoises composées de différentes ethnies, de religion et de coutumes. Il a également travaillé dans 3 pays de l’Amérique centrale.

En outre, à titre de conseiller technique principal pour le compte de l’ONU, M. Hansbury a œuvré dans de nombreux programmes de gestion des ressources en eau, d’appui institutionnel (création de ministères de l’eau et d’agences de l’eau notamment), de conception de schéma directeur de l’eau et de l’assainissement et de mise en œuvre de programmes de renforcement des capacités nationales. Il a aussi agi comme coordonnateur des partenaires techniques et financiers du secteur de l’eau et de l’assainissement notamment au Tchad et à Madagascar.

M. Hansbury est gradué du département des sciences de la terre de l’UQAM et a suivi une formation en relations internationales à l’ENAP.

De nationalité française et canadienne, Claude Sauveplane est titulaire d’un Doctorat en Philosophie (PhD) sur les ressources en eau de l’Université de l’Alberta à Edmonton, (1987), d’un diplôme d’ingénieur en hydraulique de l’Ecole Nationale Supérieure d’Hydraulique de Grenoble (1971) et d’un diplôme d’ingénieur en géologie appliquée avec spécialisation en hydrogéologie et recherche pétrolière de l’Ecole Nationale Supérieure de Géologie de Nancy (1970).

Claude Sauveplane a acquis une grande expérience en hydrogéologie, de 1972 à 1980 avec le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), Orléans, France, puis avec le Conseil de Recherche de l’Alberta, en tant qu’hydrogéologue senior (1980-1987). Claude Sauveplane a pris, en 2007, sa retraite de Conseiller Interrégional pour l’eau au Département des Affaires Economiques et Sociales de l’ONU (ONU/DAES) à New York. Il avait rejoint les Nations Unies en 1987 en tant que Conseiller Technique sur les ressources en eau.

Claude Sauveplane est spécialisé dans : la planification et la gestion intégrée des ressources en eau, tant au niveau des bassins hydrographiques nationaux qu’internationaux, la formulation de politiques et stratégies pour le secteur de l’eau et de l’assainissement, la conception et la mise en place de systèmes d’information sur l’eau, l’approvisionnement en eau potable, l‘assainissement et l’hygiène rurale, les programmes de formation pour des spécialistes et des techniciens des ressources en eau. Son expérience géographique couvre surtout l’Afrique , l’Asie Centrale (Tadjikistan, Turkménistan, Azerbaïdjan), le Moyen Orient (Yémen), les Caraïbes (Haïti), l’Asie du Sud-Est (Timor-Leste) et l’Amérique du Sud (Équateur, Chili).

La conférence sera suivi d’un commentaire de Christophe Gamsonré, Chercheur postdoctoral, Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère, UQAM.

Christophe Gamsonré est actuellement chargé de projets et spécialiste Recherche et Développement pour la compagnie Enutech. Depuis 2002, Enutech Inc mène des projets de caractérisation des terrains et de décontamination de sol et d’eau souterraine à travers le Canada et s’attelle à élaborer des technologies novatrices qui répondent à des problématiques précises et qui respectent les principes de l’écologie industrielle.

Les travaux de recherche de Dr Gamsonré portent sur les processus de dégradation -in situ- des hydrocarbures pétroliers, des solvants chlorés et des contaminants agrochimiques, mais également sur les processus de phytoextraction des métaux. Il s’intéresse aux aspects d’assainissement des sols et des eaux dans leur ensemble, notamment par atténuation naturelle dynamisée (chimie « verte »).

Organisé par

D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal