Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) > Débat public - La "crise migratoire" des réfugiés : dérives sécuritaires et (...)

Débat public - La "crise migratoire" des réfugiés : dérives sécuritaires et xénophobes

Mardi 29 mars 2016 de 18h à 21h, UQAM

Conférencière et conférenciers

Emily Regan Wills, professeure adjointe, École d’études politiques, Université d’Ottawa
Victor Piché, professeur honoraire, Département de démographie, Université de Montréal
Me Richard Goldman, coordonnateur, Comité d’aide aux réfugiés et responsable, Volet protection de la TCRI

Animation

Paul Eid, professeur, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Résumé

Depuis qu’a éclaté la crise des réfugiés syriens, au printemps 2015, les réactions des États occidentaux ont été pour le moins contrastées. Certains ont d’emblée cherché à endiguer par tous les moyens les flots de réfugiés affluant vers leur territoire (ex. : Hongrie), d’autres ont, au contraire, cherché à leur ouvrir toutes grandes leurs frontières (ex. : Allemagne), tandis que la majorité a oscillé entre ces deux extrêmes. Mais quelle que soit la posture adoptée, les autorités concernées doivent composer avec de fortes pressions sociales et politiques leur enjoignant à soit fermer les frontières, soit ralentir le rythme d’accueil des réfugiés. Si ce type de réactions traduit, dans une large mesure, des considérations pragmatiques légitimes quant à la capacité des États à accueillir autant de réfugiés en un si court laps de temps, d’autres considérations se sont également faites entendre pour justifier la fermeture des frontières.

Ainsi, au Canada, alors qu’au début de la crise, les médias ont renvoyé des réfugiés une image « pure » de victime, certaines craintes ont rapidement commencé à filtrer quant à la menace potentielle que représente l’ouverture de nos frontières à des milliers de musulmans. Tout se passait comme si l’élan collectif de compassion déclenché initialement par les images de détresse avait provisoirement neutralisé les préjugés islamophobes latents, mais qu’une fois le premier émoi passé, ces derniers n’ont pas tardé à refaire surface. Les angoisses collectives suscitées par l’idée d’accueillir des « hordes » de musulmans se sont manifestées très tôt dans le débat public, si bien qu’au Canada, par exemple, le gouvernement a envisagé pendant un temps d’exclure, parmi les demandeurs d’asile, les jeunes hommes célibataires, jugés trop à risque d’abriter des éléments terroristes radicaux et violents. En outre, après les agressions sexuelles de masse commises le 31 décembre dernier en Allemagne par, semble-t-il, de jeunes réfugiés arabo-musulmans, il s’en est trouvé plusieurs pour voir dans ces évènements la preuve qu’il est dangereux, voire irresponsable, d’ouvrir « nos » frontières à autant de jeunes hommes pétris d’une culture réfractaire à « nos » valeurs libérales occidentales.

L’objectif de ce panel est de donner la parole à des experts et à des intervenants de terrain pour analyser le poids du racisme et de la xénophobie dans la manière dont les États, la population et les médias réagissent à la « crise » des réfugiés syriens. Plus précisément, dans quelle mesure le racisme et l’islamophobie ont-ils contribué à orienter, au Canada en particulier, les débats publics sur la question des réfugiés syriens, ainsi que les réponses politiques et juridiques à cette crise migratoire sans précédent ? Enfin, en quoi la « race » et le genre ont-ils interagi dans la production de la figure du réfugié, ainsi que dans les réactions politiques et juridiques des États interpelés par cette crise sans précédent ?

À l’occasion de l’édition 2016 de la Semaine d’action contre le racisme, l’Observatoire international contre le racisme et les discriminations vous invite à venir débattre et analyser ces questions brûlantes d’actualité avec nos conférencières et conférenciers dans le cadre d’un panel public le mardi 29 mars 2016 à 18 heures au local A-M050 de l’UQAM.

QUAND : Mardi 29 mars 2016, 18h00 à 21h00

LIEU : A-M050, Pavillon Hubert-Aquin, UQAM

Inscription obligatoire (sans frais) : [-.criec2@uqam.ca]

Pour toute questions, contactez

Victor Alexandre Reyes Bruneau
Coordonnateur
Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC)
Pavillon Hubert-Aquin, local A-5095
Université du Québec à Montréal (UQAM)
Case postale 8888, Succursale Centre-ville
Montréal (Québec), H3C 3P8
Tel : (514) 987-3000 3318
Fax : (514) 987-4638
criec@uqam.ca
www.criec.uqam.ca

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal