Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > L’identité française et européenne dans les outremers franco-caribéens

L’identité française et européenne dans les outremers franco-caribéens

Note de recherche, mai 2016, 15 mai 2016

La France possède toujours des territoires d’outre-mer dans la Caraïbe. Depuis la IVe République de 1946, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane deviennent des départements d’outre-mer. En 1962, Saint-Martin et Saint-Barthélemy deviennent des communes de la Guadeloupe. Au cours des années 2000, les résidents de ces territoires sont appelés aux urnes pour déterminer leur statut juridique avec la France. Les citoyens de Saint-Martin et Saint-Barthélemy ont voté afin que leur territoire devienne des collectivités territoriales d’outre-mer en se séparant de la Guadeloupe. Les résidents de ces territoires d’outre-mer possèdent la citoyenneté française et européenne. Par contre, quelle est leur vraie identité ? Est-ce que ces insulaires ressentent qu’ils sont devenus des Français, des Européens se sentent-ils caribéens ou est-ce qu’ils possèdent une identité propre qui peut comprendre un mélange des différentes possibilités ? Cette note de recherche examine ces grandes questions.


Par Yves Charron


Écrit par
Produit par

Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal