Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Printemps 2016, regard croisé sur la démocratie

Birmanie - Thaïlande

Printemps 2016, regard croisé sur la démocratie

Une communication d’Olivier Guillard, 22 mai 2016

Entre 2006 et 2014, alors qu’une transition démocratique longtemps inespérée redessinait (en douceur, à partir de 2011) le paysage politique birman jusqu’alors aux mains d’une junte inflexible, le royaume thaïlandais voyait à deux reprises (2006 ; 2014) les militaires reprendre des mains d’un gouvernement élu les rênes du pouvoir, arguant (entre autres griefs) d’une instabilité intérieure trop compromise pour être davantage tolérée (notamment par la 2e économie d’Asie du sud-est, éprouvée par le ralentissement économique international).

 Au printemps 2016, cinq mois après des élections générales remportées haut la main par la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) de l’emblématique Aung San Suu Kyi, le premier gouvernement civil birman depuis 1962 prenait fin mars ses fonctions, porté par un soutien populaire considérable et des satisfecit extérieurs nombreux (a fortiori occidentaux). La règle démocratique, muselée jusqu’alors, arrivait à ses fins.

LIRE LA SUITE dans le document suivant :


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal