Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Les chefs talibans se succèdent, l’insurrection perdure

AFGHANISTAN

Les chefs talibans se succèdent, l’insurrection perdure

De notre collègue Olivier Guillard, 9 juin 2016

Jusqu’alors préservé (d’un commun accord entre Washington et Islamabad) des frappes de drones américains, le Balouchistan pakistanais (sud-ouest), terre de repli notoire de la hiérarchie talibane afghane depuis 2001, découvrit brutalement fin mai 2016 que le régime d’exception dont bénéficiaient la province et ses nombreux hôtes radicaux touchait peut-être à sa fin.

 Le 21 mai, une frappe de drone pulvérisait un banal taxi et son moins ordinaire passager ; de retour d’un séjour en Iran, le mollah Mansour, chef des talibans afghans, venait de passer de vie à trépas ; une disparition qui, comme celle de son prédécesseur le mollah Omar (juillet 2013 ; Karachi), à l’identique de celle ayant neutralisé le chef de la nébuleuse terroriste Al-Qaïda (avril 2011 ; Abbottabad), intervint sur le sol de la République Islamique du Pakistan. Un résultat comptable éloquent si ce n’est impossible à défendre (pour les autorités pakistanaises) et ne devant naturellement rien au hasard.

LIRE LA SUITE dans le document ci-joint, ou ici :
http://www.iris-france.org/wp-content/uploads/2016/06/FOCUS-Asie-n-25-AFGHANISTAN.pdf


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal