Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Philosophies politiques de la monnaie

Philosophies politiques de la monnaie

une comparaison de Hobbes, Locke et Fichte, 1er septembre 2014

Dans cet article on examine les représentations que se font de la monnaie
trois grands philosophes politiques – Thomas Hobbes, John Locke et Johann
Gottlieb Fichte – qui non seulement ont eu un impact majeur sur la
construction des Etats occidentaux par leurs mises en forme de la question
de la souveraineté du peuple, mais ont également fait une place importante
à la monnaie dans ces formalisations. On commence par un rappel
des sens divers pris à partir du XVIème siècle par le signifiant « souveraineté
 » et ses modélisations qui ont structuré le champ de la philosophie politique
moderne. On présente ensuite successivement le statut et les formes
de la monnaie dans les trois modèles proposés respectivement par
Hobbes, Locke et Fichte, en montrant que la monnaie ainsi encastrée dans
le politique y est de nature à chaque fois différente. On conclut sur une
synthèse de ce qui à la fois oppose et unit ces trois modèles ainsi que sur
leur rémanence jusqu’à aujourd’hui.
Mots-clés : souveraineté, monnaie, philosophie politique, Hobbes (Thomas),
Locke (John), Fichte (Johann G.)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal