Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président
MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Pourquoi on ne peut sortir de la crise actuelle du capitalisme et de la (...)

Pourquoi on ne peut sortir de la crise actuelle du capitalisme et de la démocratie qu’en sortant de la globgalisation financière

Un argumentaire, 1er juin 2014

Dans ce texte on cherche à établir la rationalité et le caractère raisonnable du jugement
formulé dans son titre : pourquoi on ne peut sortir de la crise financière mondiale actuelle
- dont on cherchera à montrer qu’il s’agit d’une crise structurelle du capitalisme financier
et de la démocratie - qu’en sortant de la globalisation financière. A cette fin on présente
d’abord les raisons justifiant ce jugement qui relèvent de la logique propre et des
modalités pratiques de fonctionnement de la sphère financière elle-même. Dans un
second temps est abordée une autre série de raisons qui ne relève pas de cette logique
propre de la finance globalisée, mais renvoie aux faits générateurs des transformations
des sociétés capitalistes dont la globalisation est en quelque sorte la clef de voute. Enfin,
on propose en conclusion une synthèse de l’ensemble des arguments développés.


Écrit par
Suivant