Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > À l’épreuve du péril terroriste (entre autres maux)

Le BANGLADESH

À l’épreuve du péril terroriste (entre autres maux)

Une analyse d’Olivier Guillard, 25 août 2016

LE FAIT :
Selon un scénario qui évoquera tristement douleur et empathie (pour les victimes) dans la capitale de l’Hexagone, l’habituellement paisible quartier diplomatique de Dacca vécut en fin de semaine dernière la douloureuse expérience d’une inédite attaque-prise d’otages au bilan humain terriblement élevé (une vingtaine de victimes, ressortissants étrangers essentiellement). Un carnage portant également le sceau de l’islamisme radical, peu important l’affiliation ’’officielle’’ de ses monstrueux exécutants.

De fait, alors que la fragile nation bangladaise (160 millions) pleure les disparus, condamne l’action meurtrière de ces terroristes et s’in-quiète des suites pragmatiques de cette tragédie (sur l’image extérieure du pays et son ’’attractivité’’ auprès des investisseurs étrangers), le débat domestique s’orienterait presque davantage sur la signature (Etat islamique ; entité radicale locale ?) de cette attaque que sur l’exposition bien réelle et répétée du pays du Bengale aux affres de la terreur et d’une kyrielle d’autres faiblesses identifiées de longue date (ultra-politisation des institutions ; mauvaise gouvernance ; état de droit indigent ; violence politique historique ; corruption ; etc.).

VOIR LA SUITE DANS LE DOCUMENT CI-JOINT, OU SUR :
http://www.iris-france.org/notes/le-bangladesh-a-lepreuve-du-peril-terroriste-entre-autres-maux/


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal