Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Plus d’un demi-siècle de relations « passionnelles »

Plus d’un demi-siècle de relations « passionnelles »

Publié sur La Presse +, 3 septembre 2016

« « Le Canada est notre meilleur ami », affirmait l’ancien premier ministre chinois Zhu Rongji en 1998, lors de la visite de Jean Chrétien, exaltant l’amitié entre la Chine et le Canada.

Plusieurs raisons pouvaient expliquer l’optimisme des dirigeants chinois. Le Canada est le premier pays membre du Commonwealth à avoir reconnu au début des années 1950 la République populaire de Chine. Cette reconnaissance a été suivie d’un accord sur la vente de blé signé en 1961 alors que la Chine était frappée par une grave famine. Cet accord est vu par Pékin comme une success-story pour avoir brisé le blocus politique et économique imposé par les États-Unis.

Donc, l’intérêt de la Chine de l’époque pour le Canada était plutôt inspiré par des enjeux géopolitiques. Pour Pékin, le fait de gagner l’amitié du Canada, pays occidental ayant une bonne réputation internationale, avait un effet positif sur l’image de la Chine à l’étranger, d’autant plus que le Canada est un voisin proche mais indépendant des États-Unis.

Aujourd’hui, les aspects commerciaux ont pris le pas sur les enjeux géopolitiques. »

L’article complet est disponible sur La Presse+


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal