Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Plus d’un demi-siècle de relations « passionnelles »

Publié sur La Presse +, 3 septembre 2016

« « Le Canada est notre meilleur ami », affirmait l’ancien premier ministre chinois Zhu Rongji en 1998, lors de la visite de Jean Chrétien, exaltant l’amitié entre la Chine et le Canada.

Plusieurs raisons pouvaient expliquer l’optimisme des dirigeants chinois. Le Canada est le premier pays membre du Commonwealth à avoir reconnu au début des années 1950 la République populaire de Chine. Cette reconnaissance a été suivie d’un accord sur la vente de blé signé en 1961 alors que la Chine était frappée par une grave famine. Cet accord est vu par Pékin comme une success-story pour avoir brisé le blocus politique et économique imposé par les États-Unis.

Donc, l’intérêt de la Chine de l’époque pour le Canada était plutôt inspiré par des enjeux géopolitiques. Pour Pékin, le fait de gagner l’amitié du Canada, pays occidental ayant une bonne réputation internationale, avait un effet positif sur l’image de la Chine à l’étranger, d’autant plus que le Canada est un voisin proche mais indépendant des États-Unis.

Aujourd’hui, les aspects commerciaux ont pris le pas sur les enjeux géopolitiques. »

L’article complet est disponible sur La Presse+

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)