Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président
MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > AFGHANISTAN : une impasse politique lourde de conséquences

Focus Asie # 32

AFGHANISTAN : une impasse politique lourde de conséquences

Une analyse d’Olivier Guillard, 22 septembre 2016

"Tranchante, la déclaration n’aura pas échappé aux observateurs de cette désespérante scène intérieure, affligée par 15 années d’insurrection talibane et de violence, fragilisée par une énième crise politique émanant du sommet de l’Etat. En substance, le numéro deux du Gouvernement d’Unité Nationale (GUN ; un acronyme prémonitoire…), le Chief Executive A. Abdullah, déclarait courant août son supérieur hiérarchique, le chef de l’Etat A. Ghani ‘’inapte à la présidence’’ ; ambiance à Kaboul...

Le propos pour le moins direct de l’ancien conseiller du Commandant Massoud (et ancien chef de la diplomatie d’Hamid Karzai) a le mérite d’éclairer le monde extérieur sur les limites patentes de l’administration actuelle, bâtie deux ans plus tôt (sept. 2014) à grands renforts de pressions américaines, dans la foulée d’une élection présidentielle aux résultats décriés par A. Abdullah et ses alliés."

LIRE LA SUITE dans le document ci-joint :


Écrit par
Publications: Mark Bradley
Suivant