Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Politiques commerciales nationales et contrebande en Afrique : Cas des (...)

Politiques commerciales nationales et contrebande en Afrique : Cas des entrepôts du Bénin et de la Gambie

Mercredi 19 octobre à 14h30, au local A-1642 (UQAM)

Aly MbayeLa plus grosse part du commerce interrégional en Afrique n’est pas enregistrée et se fait sous forme de contrebande. Dans cette conférence, Aly Mbaye présentera son papier Politiques commerciales nationales et contrebande en Afrique : Cas des entrepôts du Bénin et de la Gambie. Celui-ci documente les différences dans les politiques commerciales et les différences de prix et le niveau de contrebande qui en résultent, en considérant les cas de deux États entrepôts que sont La Gambie et le Bénin. Le premier État, la Gambie, est presque entièrement enclavée dans le Sénégal, alors que le Bénin dépend fortement de son commerce avec le Nigéria. Pourtant le volume de commerce transfrontalier entre ces deux pays et leurs voisins immédiats, tel que le montrent les statistiques officielles, est étonnamment réduit du faitde la non-prise en compte de la contrebande dans ces données. À partir de ses résultats, il apparaît que la contrebande en Afrique est considérable, et résulte essentiellement des traditions commerciales héritées de la colonisation, de la nature artificielle des frontières et des disparités observées entre les pays africains, en termes de politiques commerciales.

Documents joints

Mots-clés

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal