Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président
MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > VERS UNE DÉMONDIALISATION DE L’ÉCONOMIE

VERS UNE DÉMONDIALISATION DE L’ÉCONOMIE

Magazine Forces, Automne 2016 - No. 187, 18 octobre 2016

« Le thème de la mondialisation des échanges n’a jamais été autant ostracisé. En Europe, le Brexit a confirmé le désaveu de la population ; aux États-Unis, en pleine campagne présidentielle, l’opposition au libre-échange galvanise tant les démocrates que les républicains. Le Canada doit-il craindre pour la pérennité des accords commerciaux auxquels il est signataire ? Oui, disent les spécialistes.

En ce qui concerne l’accord Canada – Union européenne (Accord économique et -commercial global, AECG), « déjà qu’on éprouvait quelques problèmes, le Brexit introduit une nouvelle dimension dans les négociations ». Les compétences de Bruxelles et de la Commission européenne sont fragilisées tandis que les gouvernements nationaux et les groupes de pression obtiennent plus de poids, note Christian Deblock, professeur titulaire au Département de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directeur de recherche au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation. »

Vous trouverez l’article complet sur le site web du magazine Forces.


Entrevue avec
Suivant