Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président
MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Politique commerciale américaine : un levier d’influence au service des (...)

Politique commerciale américaine : un levier d’influence au service des intérêts de Washington ?

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 35, 21 octobre 2016

Entretien avec Christian Deblock :

« Les Américains voient le monde comme un grand marché sur lequel chacun peut agir et se développer avec des règles de libéralisation et de protection de l’investissement
dont les normes sont bien souvent américaines. Comment Washington impose-t-il ses règles commerciales au reste du monde ?

D’abord, je serais plus nuancé, car Washington n’impose pas ses règles. Comme tout négociateur, il cherche à les faire avancer et à les faire reconnaître. Il ne faut pas perdre de vue pour autant que l’Union européenne (UE) et maintenant la Chine ont également leur vision du commerce, différentes mais bien souvent complémentaires, et ont elles aussi des intérêts commerciaux et stratégiques à promouvoir, autour desquels gravitent des acteurs plus secondaires.

Nous avons gardé pendant longtemps une image des États-Unis qui mettent en avant leurs règles parce qu’ils sont eux-mêmes les architectes de cet ordre et se voient comme ses promoteurs. En découle un penchant à vouloir considérer que leurs règles sont les meilleures, d’autant qu’ils se considèrent comme un des pays les plus ouverts au monde, ce qui n’est pas complètement faux. Cette propension « naturelle » à agir ainsi se trouve renforcée par l’idée de « destinée manifeste » (4), mais tient aussi d’une volonté pleinement assumée depuis la Guerre de jouer un rôle majeur dans la construction d’un ordre qui fait passer la paix et la prospérité par le commerce. Cela dit, n’oublions pas pour autant l’importance des enjeux commerciaux qui sont toujours derrière les règles. »

Lisez l’article complet dans Les grands dossiers de diplomatie n°35 - Géopolitique des États-Unis


Entrevue avec
Suivant