Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Immigration et rhétoriques électorales dans les Amériques

Immigration et rhétoriques électorales dans les Amériques

Actes de colloque, 13 décembre 2016

« Depuis le retour de la démocratie dans les Amériques, les campagnes électorales sont devenues choses courantes. Au-delà des grands mouvements électoraux continentaux, l’alternance gauche-droite commence à se consolider dans les différentes démocraties du continent. Les partis politiques sont nombreux et bien vivants en Amérique latine, les campagnes électorales et les référendums se multiplient, la violence politique cède la place à la participation électorale, autant de constatations qui nous poussent à voir la démocratie dans l’ensemble des Amériques (ou presque) comme un phénomène de plus en plus pérenne. Bien
entendu, ce constat ne met pas à l’abri des périls qui rôdent autour des systèmes politiques des Amériques tels que les inégalités sociales, la violence sous toutes ses formes ou encore les extrémismes politiques.

Par ailleurs, les problèmes que posent les migrations semblent eux aussi en train de se pérenniser sur l’ensemble de la planète. L’utilisation du terme « problème » pour décrire les flux migratoires n’est pas anodine. La migration a, en effet, été sécuritisé par le discours politique depuis le 11 septembre 2001. Phénomène naturel et pluriséculaire, les migrations se sont accélérées au même rythme que s’est développé la mondialisation au cours des dernières années.

Ainsi, la rhétorique électorale à propos des migrants est devenue un enjeu carrefour où se cristallisent de nombreux phénomènes et paradoxes. Le discours politique alterne entre euphémisation, propos extrêmes et manichéisme quand il est temps d’aborder les migrations désirées ou non. Les migrants sont stigmatisés et accusés de tous les maux par les uns. Ils sont des victimes et méritent le respect pour les autres. Partisans de la manière forte affrontent ainsi semble-t-il les militants de l’accueil et de l’humanité. Les choses, pourtant, ne sont pas aussi tranchées ou claires quand le discours politique récupère l’enjeu migratoire.

Les quatre textes ici réunis dans ces actes de colloque approfondissent les liens entre les phénomènes migratoires et les rhétoriques électorales. »

Mots-clés


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal