Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’Eurasie (ODE) > Les relations Turquie-Russie (1992-2016) : une géopolitique de l’espace (...)

Les relations Turquie-Russie (1992-2016) : une géopolitique de l’espace Pontique à nouveau sous la loupe

Janvier 2017, no 1, 23 janvier 2017

Résumé

Cet article soulève deux dimensions particulières. D’abord, il pose la question du poids de l’héritage conflictuel dans les politiques turques mises en oeuvre vis-à-vis Moscou. Dans quelle mesure cet héritage marque-t-il après la fin de la Guerre froide les positions du régime du Président Erdogan et la dynamique sous-jacente aux relations turco-russes ? Ensuite, comment cette relation bilatérale est-elle affectée et remodelée par les changements de nature du système des relations internationales et la géopolitique régionale ?

Cet article démontre qu’aujourd’hui, avec les nouveaux conflits apparaissant dans son voisinage immédiat, la Turquie s’est déjà mise en quête de soutiens substitutifs à l’Occident. Un rapprochement d’Ankara avec ses voisins régionaux s’impose d’autant plus que la zone européenne traverse de fortes turbulences et que l’horizon d’une intégration de la Turquie à l’Union reste profondément obstrué particulièrement au vu de l’affaire des réfugiés et migrants. Le monde musulman arabe (et iranien) agit ainsi de plus en plus sur Ankara dans l’équilibre de ses relations avec Moscou. Les liens complexes entre ces principaux centres d’influence que sont les États-Unis, l’UE, la Russie, la Turquie, sans parler de l’Iran, sont appelés à remodeler fortement les arrangements de sécurité et de stabilité de l’ensemble de la région.


Écrit par
Publications: Lucie France Dagenais


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal