Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > IEIM - PRIVÉ > Étudiants, emplois, simulations et écoles d’été > Emplois, bourses et stages > Prix étudiant : Paix et armements, édition 2017

Concours et prix

Prix étudiant : Paix et armements, édition 2017

Date limite : 5 juin 2017

Le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM, Montréal), le Fonds de dotation Open Source Intelligence on Politics (OSINTPOL, Paris) et le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP, Bruxelles) sont heureux d’annoncer le lancement du prix Paix et armements. Sur le modèle courant dans le monde anglo-saxon des Best Paper Competitions, ce prix récompense la meilleure note d’analyse originale rédigée en français et soumise pour publication à ces organismes.

Le premier prix est doté d’une bourse d’un montant de 2 500 € qui vise à encourager la poursuite d’études critiques dans un domaine où la recherche indépendante relève trop souvent de l’exception.

Ce prix est inspiré par les regrettés professeurs Yves Bélanger (Université du Québec à Montréal – UQÀM) et Jean-Paul Hébert (École des hautes études en science sociales – EHESS – à Paris). Ces deux confrères et amis ont su en toute indépendance, chacun de leur côté ou en collaboration, faire vivre la critique sur le domaine des armements, plus spécifiquement dans la sphère complexe de l’économie politique de la défense, un champ d’études où s’entremêlent les dimensions industrielles, budgétaires, technologiques et stratégiques, et qui reste parcouru de conceptions normatives et éthiques parfois contradictoires.

Les travaux ciblés par ce prix sont ceux entrant dans les problématiques couvertes par l’observatoire des armements d’OSINTPOL qui se consacre à l’étude d’un vaste domaine touchant aux aspects stratégiques, juridiques, éthiques, technologiques, industriels, politiques et/ou économiques liés à la conception, à l’usage et au commerce des armes classiques et autres appareils de sécurité. Les travaux portant sur les armes de destruction massive sont également considérés.

Conditions générales du concours :

  • Le prix prévoit : 1) l’édition et la publication en accès libre et gratuit du ou des texte(s) primé(s) dans un format déterminé conjointement par le CEIM, le GRIP et OSINTPOL et 2) l’attribution d’une somme de 2 500 € à l’auteur du texte primé.
  • La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au lundi 5 juin 2017 (inclusivement, c’est-à-dire jusqu’à 23h59).
  • Le prix est accordé à un étudiant dûment inscrit dans un programme de cycle supérieur à l’hiver à l’été 2017. Une preuve d’inscription en version électronique au format PDF doit être jointe au dossier de candidature.
  • Le(s) texte(s) primé(s) ou retenu(s) pour publication doivent être conforme(s) aux dispositions de la charte éthique d’OSINTPOL et compatible(s) avec les options fondamentales du GRIP.
  • Les textes sont adressés par courriel à edition@osintpol.org avec la mention « Prix Paix et armements » dans le titre du message. Les candidats veillent également à indiquer leurs coordonnées complètes ainsi que leur université d’attache.
  • Le prix a vocation à encourager la recherche en langue française, mais n’est pas pour autant réservé à des étudiants inscrits dans des universités ou institutions d’enseignement francophones. Les étudiants poursuivant des études dans une autre langue que le français, mais désireux de publier dans cette langue sont invités à soumettre leur candidature.
  • Les textes sont présentés au format Word (afin de faciliter les commentaires et le suivi des modifications) et au format PDF (dans le but de s’assurer que le texte original ne subisse pas de modifications accidentelles).
  • Les manuscrits présentés dans le cadre du concours sont rédigés en langue française conformément aux indications du protocole de rédaction établi par OSINTPOL.
  • Les notes d’analyse d’OSINTPOL comprennent entre 50 000 et 80 000 caractères (espace compris), hors tableaux, figures, notes de bas de pages et références bibliographiques. Un exemple peut être consulté ici.
  • Les textes rédigés par plusieurs auteurs ne sont pas admissibles au concours.
  • Le premier prix récompense la meilleure note d’analyse originale présentée dans le cadre du concours. Le jury se réserve toutefois le droit de ne pas attribuer le prix.
  • Les textes soumis ne doivent pas avoir fait l’objet d’une publication antérieure ni être soumis simultanément à un autre éditeur. Les traductions ne sont pas non plus admissibles au concours.
  • L’auteur primé accepte de suivre le processus d’édition du texte dans le cas notamment où des modifications seraient suggérées ou exigées par le jury.
  • Le jury du prix est composé d’experts francophones reconnus dans le domaine ciblé associés au CEIM, au GRIP, à OSINTPOL ou à d’autres organismes.
  • Comme pour toutes les publications d’OSINTPOL, l’octroi du prix implique la cession pleine et entière à OSINTPOL des droits de propriété intellectuelle liés au texte primé. Une fois le texte édité et publié par ses soins, OSINTPOL autorise par la suite l’auteur à réutiliser son travail dans d’autres publications. OSINTPOL demande alors être tenu informé de toute éventuelle utilisation ultérieure de tout ou partie des éléments d’un texte qu’il a publié et qu’il soit fait mention dans les nouveaux textes de la publication originelle par OSINTPOL, le CEIM et le GRIP.
  • La présentation d’un texte dans le cadre du prix Paix et armements implique l’acceptation des ces conditions générales. Ces dernières peuvent être précisées ou modifiées à tout instant et sans prévis par OSINTPOL en accord avec le CEIM et GRIP.

Quelques lignes directrices avant d’entreprendre la rédaction

Un certain nombre d’éléments de méthode et de présentation sont attendus des notes d’analyse qui seront soumises dans le cadre du concours « Paix et armements ». Voici quelques lignes directrices à garder en tête lors de votre préparation et de la rédaction :

  • Rigueur et transparence. Les sources utilisées doivent être indiquées, les citations clairement identifiées, y compris lorsqu’il s’agit de sources électroniques. La rigueur consiste aussi à rapporter honnêtement/fidèlement les propos d’un auteur. Tout plagiat disqualifiera évidemment d’emblée un candidat au prix « Paix et armement ».
  • Structure de l’argumentation et cohérence. La note d’analyse doit être structurée, ses arguments s’enchaînant logiquement et aisément. Un usage pertinent de sources variées (ces sources pouvant être des données, des analyses, des articles de journaux, etc.) est un prérequis pour un texte solide. C’est aussi une garantie de sa clarté et donc de son impact potentiel sur les lecteurs.
  • Sens critique et originalité. Il s’agit ici de procéder à une vérification des faits mis de l’avant dans les articles et les débats et de forger une analyse originale apportant une contribution significative au domaine dans lequel le sujet s’inscrit. On attend d’une analyse critique et rigoureuse qu’elle participe à l’information de la société civile et au renforcement du bien commun.

Questions fréquentes

Question : Une personne inscrite en licence/baccalauréat est-elle admissible au concours ?
Réponse : Non. Il faut pouvoir attester d’une inscription dans un programme universitaire de maîtrise ou de doctorat au moment de la date limite de dépôt des textes et pour toute la session d’automne 2016.

Question : Le prix est-il réservé aux étudiants de Belgique, du Canada ou de France ?
Réponse : Non. Le prix ne connait aucune limite géographique. À titre d’exemple, un étudiant brésilien locuteur de français poursuivant ses études de maîtrise ou de doctorat au Japon serait admissible au concours.

Question  : Les textes soumis doivent-il obligatoirement contenir un sommaire, une biographie de l’auteur, une liste des figures, tableaux et acronymes, un résumé en français et un résumé en anglais ?
Réponse : On s’attend à ce que les textes soient présentés dans un format s’approchant au plus près des critères de publication, conformément aux indications de la page Internet Publier pour OSINTPOL et du protocole de rédaction. Un résumé en français est toujours exigé. La version anglaise du résumé concerne davantage les textes retenus pour publication. Il faut également penser à présenter un sommaire attendu la longueur des documents. Les auteurs doivent bien évidemment adapter les listes éventuelles à leur production. La biographie de l’auteur concerne également davantage les textes retenus pour publication. Elle n’est en aucun cas transmise aux membres du jury qui évaluent des textes anonymisés.

Vous pouvez faire parvenir vos questions en écrivant à contact@osintpol.org.

OSINTPOL


Photographie : ravitaillement vol d’un bombardier stratégique B-2 Spirit dans le cadre d’une opération menée à partir de la base d’Andersen de l’US Air Force Base à Guam, le 6 mars 2004. Ce bombardier est l’avion le plus cher de l’histoire avec un coût unitaire de 2,2 milliards USD en 1998 soit un peu plus de 3 milliards en 2017. Il peut embarquer des armes nucléaires et est ici déployé dans le cadre d’une rotation assurant une permanence stratégique aux forces américaines dans la région Asie-Pacifique. Le bombardier appartient au 509e Bomb Wing basé en principe à Whiteman dans le Montana. L’avion ravitailleur appartient au 126e Air Refueling Wing de la Garde nationale et est en principe rattaché à la base de l’US Air Force à Scott dans l’Illinois. En 2016, l’entreprise Northrop Grumman a obtenu du gouvernement fédéral américain un contrat pour la fabrication d’un nouveau type de bombardier stratégique appelé à remplacer le B-2. Crédit : U.S. Air Force photo/ Master Sgt. Val Gempis, domaine public. Photographie de la page d’accueil du site osintpol.org : opérations de préparation d’un bombardier stratégique B-2 avant son départ en mission, base d’Andersen à Guam, février 2004. Crédit : U.S. Air Force/Master Sgt. Val Gempis, domaine public.

***


Le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les thèmes les plus importants développés au CEIM sont : le régionalisme, notamment dans les Amériques, la gouvernance et les institutions économiques internationales, la concurrence et l’investissement, le lien commerce-travail, le secteur de l’information et des communications, l’économie de la défense et la reconversion industrielle et les dimensions sociales et culturelles de la mondialisation. Les membres du CIEM ont de nombreux financements individuels et collectifs auprès des organismes canadiens et québécois et d’autres organismes internationaux. Le CEIM est également partenaires de plusieurs réseaux scientifiques internationaux et joue un rôle actif dans les débats publics.

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation
Faculté de science politique et de droit
Université du Québec à Montréal
C.P. 8888, succursale Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3P8 Canada
Tel : 514 987 3000, poste 3910
Site Internet : ceim.uqam.ca

***

Fondé à Bruxelles en 1979, le GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité) s’est développé dans le contexte particulier de la Guerre froide, ses premiers travaux portant sur les rapports de forces Est-Ouest. Durant les années 80, le GRIP s’est surtout fait connaître par ses analyses et dossiers d’information concernant la course aux armements, ses mécanismes et ses enjeux. Après la chute du mur de Berlin en 1989, prenant acte du nouvel environnement géostratégique, le GRIP a orienté ses travaux sur les questions de sécurité au sens large et a acquis une expertise reconnue sur les questions d’armement et de désarmement (production, réglementations et contrôle des transferts, non-prolifération), la prévention et la gestion des conflits (en particulier sur le continent africain), l’intégration européenne en matière de défense et de sécurité, et les enjeux stratégiques asiatiques. En éclairant citoyens et décideurs sur des problèmes complexes, le GRIP entend contribuer à la diminution des tensions internationales et tendre vers un monde moins armé et plus sûr. Plus précisément, l’objectif du GRIP est de travailler en faveur de la prévention des conflits, du désarmement et de l’amélioration de la maîtrise des armements.

Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité
467 Chaussée de Louvain
B-1030 Bruxelles
Tel : +32 2 241 84 20
Site Internet : grip.org

***

L’intelligence du bien commun
Le Fonds de dotation OSINTPOL est un laboratoire d’idées ou think tank. Il accomplit une mission d’intérêt général en soutenant la recherche et la diffusion d’analyses en science politique, notamment sur les domaines liés à la paix et aux relations internationales. Il agit dans l’intérêt du bien commun en conformité avec les valeurs humanistes qui sont les siennes et les idéaux de justice et de liberté énoncés dans la Déclaration universelle des droits de la personne. Les travaux d’OSINTPOL s’inscrivent pleinement dans les débats parcourant ses sphères d’intérêt. La démarche est résolument critique et avant tout orientée vers la production et la diffusion aussi large que possible des savoirs relatifs à ses domaines d’interventions. OSINTPOL ne saurait accomplir efficacement sa mission d’information et de sensibilisation du public sans le soutien de donateurs motivés par la défense du bien commun. Rejoignez-nous sur osintpol.org.

Fonds de dotation OSINTPOL - Tous droits réservés
125 rue de Longchamp
75116 Paris
Courriel : contact@osintpol.org
Tel : +33 (0) 659 849 292
Site Internet : osintpol.org
ISSN : 2492-248X

Les opinions émises n’engagent que leurs auteurs et ne constituent en rien une prise de position d’OSINTPOL.

***

Mots-clés

Organisé par

Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal