Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président
MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE) > Corruption et collusion en Corée du Sud : les déboires d’une jeune (...)

Corruption et collusion en Corée du Sud : les déboires d’une jeune démocratie

Le 30 mars, de 18:00 à 20:10, à la salle A-1715, UQAM

Les citoyens coréens se sont battus depuis le début des années 1960 contre la dictature militaire et ce, pendant près de trente-sept ans pour enfin réussir en 1987 à établir une démocratie parlementaire libérale. Sous les gouvernements libéraux de Kim Dae-jung (1998-2003) et de Rho Moon-hyum (2003-2008), la démocratie a pris un élan remarquable faisant l’envie de bien des pays asiatiques. Cependant, depuis la prise du pouvoir par le parti conservateur de Lee Myung-bak en 2008 et de Park Guen-hye en 2013, la démocratie est en difficulté en raison des abus de pouvoir, de la corruption des politiciens et des fonctionnaires, de la collusion politiciens-hommes d’affaires et, surtout, de l’incompétence et de la malhonnêteté du personnel du bureau présidentiel. En effet, depuis l’automne dernier, la Corée connait une crise politique profonde et peu commune qui a poussé 13 millions de citoyens à descendre dans la rue afin de protester et d’exiger une solution à cette situation difficile. Chose étonnante, les citoyens ont développé une nouvelle culture de lutte populaire somme toute assez efficace contre les dérives du pouvoir politique et ils ont réussi à mettre en place un contexte favorable à la résolution de la crise. Le présent séminaire met l’accent sur les mécanismes de corruption des pouvoirs publics et sur la stratégie adoptée par les dirigeants de la lutte populaire contre la culture de corruption et de collusion qui sévis à Séoul.


Organisateur : L’Observatoire de l’Asie (OAE) du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) et le Montreal Korean Language & Culture Centre (MKLCC)
Date : le 30 mars ; 18h00-20h10
Lieu : Salle A-1715, UQAM : 400 rue St-Denis, Montréal (au coin de rue Ste-Catherine Est)
Langue : français et anglais

Président du séminaire : Tin Sheng Lin
Conférencier : Joseph H. Chung, co-directeur, l’Observatoire de l’Asie (OAE) de l’Est, CEIM-UQAM

Commentateurs :
Éric Boulanger, co-directeur de l’OAE
Éric Mottet, co-directeur de l’OAE
Cheolki Yoon, coordinateur de l’OAE et chercheur au CEIM

Programme

18h00-18h05 : Mots de bienvenue du Président
18h05-18h10 : Introduction du conférencier par Shinae-Yi, présidente du MKLCC
18h10-19h00 : Présentation du conférencier
19h00-19h30 : Commentaires
19h30-20h10 : Discussion générale

20h10 : Clôture

Organisé par
Participants
D'autres activités
Suivant