Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE) > À propos de « Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires (...)

À propos de « Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires »

Entretien avec Frédéric Lasserre et Éric Mottet dans ASIA FOCUS #19, 27 février 2017

Extrait :

« Emmanuel Lincot : Frédéric Lasserre et Éric Mottet, vous êtes géographes de formation et vous enseignez tous deux au canada. La géopolitique y est-elle considérée en tant que discipline universitaire à part entière ou relève-t-elle d’une connaissance partielle des politistes ou des spécialistes en relations internationales comme en France ?

F. L. & É. M. : Au Canada, il existe une grande diversité des approches universitaires de la géopolitique. Si celle-ci n’est pas nécessairement très enseignée, elle est cependant tout à fait respectée et ne suscite pas les mêmes débats épistémologiques qu’en France voici quelques décennies. La géographie politique relève, selon les institutions, des sciences politiques ou de la géographie. Ces choix reflètent autant l’intérêt variable des divers départements universitaires concernés, que l’histoire de la discipline elle-même puisqu’elle a été promue tout au long de son histoire épistémologique assez tumultueuse parfois par des géographes, parfois par des politologues. En sachant que la tradition géographique anglo-saxonne, à la différence de la tradition française, ne s’est jamais ouvertement opposée au concept de géographie politique. »

Pour avoir accès à l’entretien complet, visitez le site de l’Institut de relations internationales et stratégiques


Entrevue avec
Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)