Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > La nouvelle politique commerciale des États-Unis : un pari risqué

La nouvelle politique commerciale des États-Unis : un pari risqué

Volume 10, numéro 2, mars 2017, 9 mars 2017

Résumé analytique

Le Président des États-Unis Donald Trump a exposé les grandes lignes de sa politique économique devant le Congrès le 28 février dernier. On peut identifier deux grandes lignes directrices. La première consiste à favoriser les dépenses d’investissement des firmes multinationales américaines au pays à travers une série de mesures fiscales et d’allègement de la réglementation. La deuxième vise une diplomatie commerciale plus agressive afin d’ouvrir davantage les marchés aux entreprises américaines, de promouvoir des échanges commerciaux équitables et de s’opposer vigoureusement à des pratiques jugées déloyales. Un point important : les négociations bilatérales
seront privilégiées au détriment de l’OMC.

Le pari du président Trump de dynamiser l’économie américaine comporte un risque majeur. Une application stricte des lois commerciales internes au détriment de l’usage des mécanismes de règlement des différends pourrait-elle déboucher éventuellement sur des guerres commerciales ?


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal