Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Les États-Unis à la croisée des chemins : entre liberté commerciale et (...)

Les États-Unis à la croisée des chemins : entre liberté commerciale et protectionnisme

Volume 10, numéro 3, avril 2017, 3 avril 2017

Résumé analytique

À l’issue de la réunion des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales des pays du G20 à Baden-Baden en Allemagne les 17 et 18 mars derniers, le communiqué final a passé sous silence un engagement crucial qui faisait jusqu’alors consensus. Sous la pression des États-Unis, représentés par le secrétaire au Trésor Steven T. Mnuchin, les délégués à la conférence ont, en effet, retiré l’engagement à ne pas recourir aux mesures protectionnistes dans les relations commerciales. La position officielle des États-Unis d’Amérique est d’affirmer qu’ils sont pour le libre-échange tout en précisant qu’ils croient à un commerce équitable entre les nations. Le secrétaire au Trésor Mnuchin a également pris soin de déclarer que les États-Unis ne cherchent pas à provoquer une guerre commerciale.

Cette manœuvre diplomatique des États-Unis reflète aussi un consensus au sein de l’administration Trump visant à préserver une pleine liberté d’action dans les négociations commerciales à venir. À cet égard, la réunion des chefs d’État et de gouvernement du G20 à Hambourg en juillet prochain sera déterminante sur la direction future du système commercial international.


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal