Un institut montréalais tourné vers le monde !
Bernard Derome, Président

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > La mondialisation… ça trompe énormément !

La mondialisation… ça trompe énormément !

No 37, Avril 2017, 24 avril 2017

Résumé

Il n’y a pas de mondialisation heureuse, ni malheureuse d’ailleurs ! Il n’y a que des heureux en général discrets et des malheureux parfois bruyants mais souvent résignés dans la mondialisation, processus historique qui les englobe et les dépasse. Ce processus est la résultante d’évolutions technologiques, économiques et géopolitiques étroitement imbriquées et largement irréversibles. Et, soyons clair, il n’y aura pas de retour aux économies nationales si ce n’est dans un scénario tragique, de chute des niveaux de vie dans le meilleur des cas, de larmes et de sang si les choses venaient à mal tourner. Mais si la mondialisation est un mouvement pluriséculaire puissant, elle est néanmoins rythmée par des phases de flux et de reflux et par un constant renouvellement de ses formes et modalités. La phase actuelle, initiée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, s’essouffle dans ses formes institutionnelles - multilatérale (OMC en panne) ou régionales (Europe en difficulté) - tout en restant vivace dans ses formes entrepreneuriales. Si la démondialisation n’est pas à l’ordre du jour, les modalités de la mondialisation de demain ne sont pas écrites : l’orienter dans un sens positif pour les peuples relèvera de nouveaux Travaux d’Hercule ! Toutefois l’analyse de ces nouveaux Travaux d’Hercule nécessitera un autre numéro de cette chronique.


1. Mesurer les effets de la mondialisation sur les revenus p.3
2. Comprendre les dynamiques et les fractures de la mondialisation p.7
3. Les inerties de la mondialisation ou l’improbable démondialisation p.11
Annexe : Les révolutions agricoles entre écologie et économie


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal