Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Une analyse d’Olivier Guillard

De Modi en Inde à Prayuth en Thaïlande : trois ans de pouvoir

1er juin 2017

"Le 26 mai 2014, l’Inde, la plus grande démocratie du monde, accueillait au lendemain d’un scrutin national remporté haut la main le 14e Premier ministre de son histoire moderne : le très atypique Narendra Modi, précédemment ministre-en-chef du Gujarat et portant haut la bannière d’un parti nationaliste hindou (BJP) jusqu’alors dans l’opposition.

S’ouvrait un épisode politique nouveau, inédit, chargé d’attentes populaires fortes… et de quelque appréhension.

Quatre jours plus tôt, le 22 mai 2014, à 3000 km de là en direction du Sud-Est, la capitale thaïlandaise vivait quant à elle des événements d’une autre gravité …nonobstant leur « familiarité ».

Pour la 12e fois depuis l’instauration de la monarchie constitutionnelle en 1932, les militaires s’emparaient du pouvoir et formaient un Conseil National pour la Paix et l’Ordre (CNPO), avec à sa tête le chef des armées, le peu souriant général Prayuth Chan-ocha. Un trimestre plus tard (août 2014), ce dernier était nommé Premier ministre." (fin de l’extrait)

Pour lire la suite  : https://asialyst.com/fr/2017/05/29/modi-inde-prayuth-thailande-quatre-ans-au-pouvoir/

Écrit par

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)