Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE) > Laos : quel bilan pour les reformes de Thongloun ?

Laos : quel bilan pour les reformes de Thongloun ?

6 juin 2017

« Comment décrire les changements au Laos ? Le Parti révolutionnaire populaire lao (PPRL), seul parti politique autorisé du pays, continue d’asseoir sa domination sur la vie politique, économique et la société. Le nouveau Premier ministre, Thongloun Sisoulith, au pouvoir depuis avril 2016, est dorénavant responsable de la mise en œuvre de l’orientation socio-économique du pays jusqu’en 2020 (8e plan 2016-2020). Homme modeste et discret, il a été élu pour véhiculer une image de stabilité et de continuité politiques, mais également pour éteindre les risques de conflits internes au sein de l’État-parti (et de la société) nés de la politique menée par le bureau politique sortant (ou Politburo) qualifiée par de nombreux observateurs de pro-chinoise et empreinte de corruption. Au-delà d’un rééquilibrage stratégique en direction de Hanoï, Thongloun mène depuis un an une politique qui s’appuie sur la rationalisation et la moralisation du Parti tout en réformant progressivement la société laotienne. »

Lisez un extrait de l’article sur Asialyst


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal