Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des réseaux et interconnexions de la société numérique (...) > La découvrabilité

La découvrabilité

Interview de Destiny Tchéhouali par Jean-Benoît Nadeau , 28 août 2017

« Parti à la découverte de l’Afrique, j’ai découvert la « découvrabilité ». Si vous ignorez ce que c’est, rassurez-vous : c’est très nouveau — le mot est apparu en 2016 dans Le grand dictionnaire terminologique de l’OQLF. La découvrabilité, c’est le « potentiel pour un contenu, un produit ou un service de capter l’attention d’un internaute ». En anglais, le mot discoverability remonte à 150 ans. C’était alors un concept de droit plutôt pointu. La discoverability a pris son sens moderne il y a dix ans alors que se développaient des techniques de référencement Web.

Je suis tombé sur la découvrabilité grâce à un Béninois installé au Québec depuis quelques années, Destiny Tchéhouali. En mai dernier, lors d’un forum sur le Web francophone organisé par Culture Montréal, j’avais été impressionné par sa présentation sur l’entrepreneuriat Web francophone en Afrique. Je suis donc allé le rencontrer à son bureau du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) à l’UQAM, mais la conversation s’est très vite orientée sur son dada : la découvrabilité. »

Lire l’article complet sur le site Le Devoir


Entrevue avec
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal