Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Observatoire sur la coopération internationale > Orpaillage et accès aux ressources naturelles et foncières au (...)

Orpaillage et accès aux ressources naturelles et foncières au Mali

Amadou Keita, 30 août 2017

Les Cahiers du CIRDIS
Collection recherche - No 2017-01

Résumé
À partir d’entrevues réalisées auprès d’intervenants impliqués à différents niveaux dans l’exploitation artisanale de l’or, cette étude analyse les dynamiques nationales et locales à l’origine des transformations récentes du secteur de l’orpaillage au Mali en accordant une attention particulière aux problèmes liés à l’accès et à la gestion durable des ressources. Elle démontre que l’orpaillage, source principale de revenus pour de nombreux ruraux vivant dans une grande précarité économique, est une activité très peu ou pas encadrée par l’État. Elle conclut aussi que les règles d’exploitation locales, reposant sur des normes traditionnelles et des ententes bricolées entre les divers acteurs du milieu, ne permettent pas une exploitation rationnelle des ressources. Elle recommande donc une réorganisation du sous-secteur dans une perspective de gestion durable des richesses naturelles. L’étude comprend trois parties. La première aborde la question de la difficile gestion des territoires et ressources dans un contexte d’inachèvement des processus de décentralisation de l’État malien. La deuxième traite de l’inefficacité de la législation minière malienne en matière d’orpaillage et de la pluralité des acteurs prenant part à l’organisation de ces activités. La troisième porte
sur l’impact de l’exploitation aurifère artisanale sur l’accès à d’autres ressources, en particulier agricoles.


Produit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal