Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) > Unis par la diversité - ces pays qui ont fait de leurs différences le ciment (...)

Unis par la diversité - ces pays qui ont fait de leurs différences le ciment de leur unité

Mercredi, 20 septembre 2017, 12h30-14h00, Salle à déterminer

Unis par la diversité - ces pays qui ont fait de leurs différences le ciment de leur unité

Sabine Choquet, Chercheuse au CRIEC et et chercheuse associée de l’Université de Lausanne

Résumé
Sabine Choquet vient d’achever une Habilitation à diriger des recherches à l’Université de Fribourg en Suisse. Dans le cadre de ses recherches, elle propose une nouvelle théorie anthropologique des consociations. Ce type de régime a été conceptualisé en science politique par Arend Lijphart. Dans Democracy in Plural Societies, il définit la consociation comme un régime démocratique fondé sur une coopération entre les représentants de différents groupes constitutifs de la société. Elle vise à instaurer un équilibre des pouvoirs entre la majorité et les minorités et représente un moyen d’assurer une stabilité dans des sociétés plurielles où l’instauration d’une démocratie majoritaire était inadaptée. Mais Arend Lijphart la définit exclusivement en référence à des mécanismes politiques, sans prendre en considération la forme prise par la coexistence de ces groupes. Sabine Choquet propose au contraire de la redéfinir en prenant en considération la forme prise par cette cohabitation. Cette dernière peut être conflictuelle et les rapports de pouvoir entre minorités et majorité sont souvent déséquilibrés, mais sa particularité est de permettre la cohabitation de plusieurs groupes désireux de préserver leurs particularités. L’unité collective y est conçue comme étant compatible avec le maintien de la diversité. Plus encore, elle se fonde sur la valorisation de ces différences. Mais la consociation est-elle pour cela un modèle de coexistence plus tolérant que les Etats-nations ? Prenant pour exemple le cas du Canada et de la Suisse, la chercheuse reviendra sur les principales caractéristiques de ce régime, tout en évoquant les conflits et les rapports de domination qui la sous-tendent.

Conférencière
Détentrice d’un doctorat à la Sorbonne et d’un PhD en Sciences humaines et sociales obtenu au Canada, Sabine Choquet est chercheuse, auteure et consultante sur la question du multiculturalisme, de l’interculturalisme et de la radicalisation. Elle s’intéresse aux modèles politiques de gestion de l’immigration et de la diversité dans une perspective comparée entre plusieurs pays. Ses terrains d’étude privilégiés sont l’Union européenne, le Canada, la Suisse, l’Afrique, Brésil, la Malaisie et le Liban. En 2014, elle est devenue chercheuse permanente au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) à l’Université du Québec à Montréal, après avoir été durant deux années chercheuse associée au CEVIPOF (Sciences Po, Paris). Elle est également chercheuse associée à l’Observatoire des radicalisations et membre de l’Observatoire international de la sortie de la violence. Détentrice de la bourse d’excellence Marie Curie pour chercheur confirmé, elle a reçu plusieurs prix de recherche internationaux.

Mots-clés

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal