Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Birmanie : l’heure des doutes et du discernement

Birmanie : l’heure des doutes et du discernement

Une communication d’Olivier Guillard, 23 novembre 2017

Spécialiste de l’Asie, chercheur à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) à Paris, le Dr Olivier Guillard est l’auteur du livre De l’impasse afghane aux errances nord-coréennes : chroniques géopolitiques 2012-2015, NUVIS, Paris, 2016. Il a publié divers ouvrages sur la volatile scène politique et stratégique du sous-continent indien et, entre autres régions d’Asie, abondamment voyagé en Inde, en Corée du sud, en Afghanistan, en Birmanie, au Sri Lanka, au Pakistan, en Chine, en Thaïlande, en Indonésie, au Népal, au Cambodge ou encore au Bangladesh.

"Face à la tragédie des Rohingyas, est-ce vraiment l’heure de renvoyer la Birmanie au ban des nations ? Paradoxalement, les critiques et les désillusions de la communauté internationale et occidentale en particulier, ont uni un peuple birman d’habitude prompt à se diviser. Sans nier les violences subies et les souffrances atroces des réfugiés, il est temps de juger avec plus de discernement les responsabilités du pouvoir civil – Aung San Suu Kyi et son gouvernement LND – et des militaires, dont les relations glaciales se sont améliorées à travers la crise."

POUR LIRE LA SUITE :
https://asialyst.com/fr/2017/11/20/birmanie-heure-doutes-discernement/


Écrit par
Produit par
Publications: Mark Bradley
Suivant

Publications: Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal