Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Où va l’Afghanistan ?

Une scène politique désolante

Où va l’Afghanistan ?

Une analyse d’Olivier Guillard, 20 décembre 2017

"Trois ans et trois mois après son entrée en fonction, entre déception, contestation et enfermement rappelant son prédécesseur (Hamid Karzaï, 2001-2014), le Président Ashraf Ghani apparaît de plus en plus contesté et isolé, y compris dans son propre camp. Sa résistance à organiser des élections parlementaires, son management confinant à l’autoritarisme là où le consensus serait un meilleur allié, lui nuisent gravement. A l’image de la manifestation du 2 décembre dans le Sud (province de Kandahar) à laquelle participaient plusieurs dizaines de parlementaires et d’anciens responsables gouvernementaux, l’aversion à son autorité (déjà relative) gagne du terrain ; parallèlement, les appels à la convocation d’une loya jirga (assemblée populaire traditionnelle) pour passer outre les blocages gouvernementaux du moment se font plus pressants."
LISEZ LA SUITE ICI : http://www.iris-france.org/104424-ou-va-lafghanistan/


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal