Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > The End of Alchemy : Money, Banking and the Future of the Global (...)

The End of Alchemy : Money, Banking and the Future of the Global Economy

Compte-rendu de Luc Pelletier, 20 décembre 2017

Extrait :

« L’ouvrage de King a pour objectif d’ouvrir une discussion de fond sur les causes profondes de la crise financière de 2007-2009 ainsi que sur les pistes de solution pour résoudre le problème récurrent des crises du système bancaire et monétaire. L’auteur propose, entre autres, une analyse de la place de la monnaie et des banques dans une économie de marché. Selon King, l’alchimie financière fait référence à cette idée qui remonte au XVIIIe siècle que, d’une part, le papier-monnaie peut remplacer les métaux précieux, principalement l’or et l’argent, et, d’autre part, que les banques peuvent emprunter des fonds à court terme sur le marché monétaire à faible coût (dépôts) pour les transformer ensuite en investissements à long terme dont le risque-rendement est plus élevé. Pour l’auteur, peu importe la forme qu’elle prend dans une économie, la monnaie repose fondamentalement sur la confiance envers l’émetteur. En ce sens, la qualité du papier-monnaie dépend de la volonté de l’émetteur, l’État, à ne pas abuser de son pouvoir de battre monnaie. »

L’article est paru L’article est paru dans le 59e numéro de la Revue Interventions économiques de 2017.

Pour lire l’article complet : https://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3954


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)