Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > Un monde sous perfusion métallique (4/4) Multinationales versus États : à qui (...)

Un monde sous perfusion métallique (4/4) Multinationales versus États : à qui revient la rente ?

Cultures monde, février 2018, 7 février 2018

Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo• Crédits : FEDERICO SCOPPA - AFP

Cuivre, or, cobalt, zinc... le Congo - Kinshasa est une mine à ciel ouvert mais cette richesse des sols profite rarement à la population congolaise malgré les réformes du code minier. Alors, entre multinationales, Etats et population, comment se répartissent les bénéfices de l’extraction ?

En République démocratique du Congo, le sol est riche de ressources minières : or, cuivre, cobalt, étain, argent, manganèse, plomb, zinc, coltan. La liste des précieux minerais est longue, et pourtant, à en croire l’indice de développement du pays classé 176e sur 187 par le programme de développement des Nations-Unis en 2016, cette richesse ne profite guère à la population congolaise.

Entre multinationales prédatrices, entreprises publiques douteuses, contrats louches et corruption politique, le secteur minier fuit de toutes parts.

Alors que la colère gronde dans le pays et que les manifestants réclament le départ du président Joseph Kabila au pouvoir depuis 17 ans, alors que le code minier fait l’objet d’une tentative de réforme, les ressources naturelles du pays s’imposent comme le premier outil du développement, un outil largement confisqué par le pouvoir.

Alors comment s’organisent le secteur minier et sa fiscalité ? Comment se répartissent ces revenus au sein de l’Etat ? Comment pourrait-on assurer une répartition plus juste des revenus du sous-sol ?

Pour l’intégralité de l’entrevue, cliquez ici


Entrevue avec
Produit par
Suivant

Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal