Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Quand bilatéralisme ne rime plus avec mondialisation

Quand bilatéralisme ne rime plus avec mondialisation

20 mars 2018, 20 mars 2018

Résumé

Le bilatéralisme fut à l’origine du système commercial moderne, ou du moins fut-il multilatéralisé avec le GATT, tout comme il fut instrumentalisé à partir des années 1980 pour faire levier sur les négociations commerciales multilatérales, adapter ainsi les règles commerciales aux évolutions de l’économie mondiale, voire encore nouer des alliances stratégiques. L’ALENA et les nombreux accords qui s’en inspirent, s’inscrivent dans cette démarche mais comme le montrent les évolutions récentes, la tendance est plutôt au plurilatéralisme et aux méga-accords, moins pour contourner le problème des règles d’origine (bol de spaghettis) que pour répondre à celui autrement plus complexe de l’interconnexion et repenser ainsi les règles commerciales à sa lumière. Plutôt que de suivre cette tendance, le président Donald Trump a fait marche arrière, retiré la signature des États-Unis d’Amérique du PTP et choisi le bilatéralisme. Un bilatéralisme qualifié d’agressif, voire sous bien des aspects, protectionniste.


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)