Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et (...) > L’Afrique et son rapport au monde avec Boubacar Boris Diop

Plus on est de fous, plus on lit ! Radio-Canada

L’Afrique et son rapport au monde avec Boubacar Boris Diop

Publié le mercredi 21 février 2018, 28 mars 2018

L’écrivain et intellectuel sénégalais Boubacar Boris Diop Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Ce n’est jamais du jour au lendemain [ que les massacres arrivent], en réalité il y a une maturation secrète, souterraine et un jour ça explose. C’était latent et les politiques attisent [la violence]. » L’écrivain et intellectuel sénégalais Boubacar Boris Diop se prononce sur le massacre du Rwanda et dresse un portrait éclairant sur la situation de l’Afrique, et son rapport au monde. On aborde avec lui la question des migrants, le poids du passé colonial et le désir d’émancipation de plusieurs nations africaines.

 [1] Boris Diop est de passage à l’Université du Québec à Montréal pour participer au colloque Vice-Versa : penser l’Afrique et son rapport au monde :

« Le présent colloque, en s’inscrivant dans le Mois de l’histoire des Noirs, est une invitation à réfléchir sur la place de l’Afrique dans le monde et inversement. Cette réflexion s’impose du fait des déploiements à des vitesses et à des échelles variables de dynamiques internes ou externes à l’Afrique, mais ayant le continent comme enjeu, et visant à (re)définir son arrimage à un monde ouvert, porté par des réseaux de toutes sortes, global.

Cette herméneutique de l’Afrique contemporaine ne peut se faire en vase clos. Elle exige un éclairage en faisceaux qui permettra, grâce à des points de vue disciplinaires pluriels, d’éclairer les fondements épistémologiques, les modalités discursives et les dimensions pragmatiques des dynamiques centripètes et centrifuges sur l’Afrique. »

Références :

Essais politiques

Négrophobie, avec Odile Tobner et François-Xavier Verschave, Les Arènes, 2005
L’Afrique au-delà du miroir, Éditions Philippe Rey, Paris, 2007
La Gloire des imposteurs : Lettres sur le Mali et l’Afrique (avec Aminata Dramane Traoré), Éditions Philippe Rey, Paris, 2014

Romans

Doomi Golo, Dakar, Papyrus, 2003 (en wolof)
L’Impossible Innocence, Paris, Éditions Philippe Rey, 2004
Kaveena, Éditions Philippe Rey, 2006
Les Petits de la guenon, Éditions Philippe Rey, 2009
et l’auteur africain qu’il recommende fortement : Cheikh Anta Diop et son essai Nation nègre et culture

Cliquez ici, pour l’intégralité de l’entrevue de monsieur Boubacar Boris Diop


[1Boubacar


Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)