Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Unilatéralisme, obscurantisme et exacerbation de la crise

Unilatéralisme, obscurantisme et exacerbation de la crise

La Crise, n° 42, septembre 2018, 4 septembre 2018

Résumé

Depuis dix ans, une Très Grande Crise Multidimensionnelle (TGCM) s’impose comme l’élément dominant de la scène mondiale, sapant les fondements de l’ordre établi au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Cette TGCM recouvre des dimensions financières, économiques, géopolitiques, institutionnelles, technologiques, climatiques, environnementales et idéologiques qui se développent selon des temporalités différentes et dans un espace hétérogène, tout en convergeant vers un désordre mondial dont on a du mal à entrevoir vers quel nouvel ordre il pourrait tendre et dont on peut craindre des épisodes violents : guerre commerciale et hystérisation des crises économiques, guerres militaires autour du contrôle de ressources convoitées (eau, métaux rares, énergie). En effet, les perspectives d’une sortie pacifique de la TGCM s’éloignent tandis que celle-ci s’accélère et s’exacerbe sous l’influence d’un unilatéralisme résurgent propice aux affrontements des nationalismes et d’un redoutable obscurantisme anti-science qui compromet la mise en place d’une nouvelle donne technologique indispensable pour surmonter pacifiquement les inséparables défis démographiques, alimentaires, climatiques et environnementaux.


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)