Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Promouvoir l’ouverture commerciale et le progrès social

Promouvoir l’ouverture commerciale et le progrès social

par Sylvain Zini, revue Relations Internationales, 2018/2 (n° 174), 5 septembre 2018

Promouvoir l’ouverture commerciale et le progrès social : les normes de travail équitables dans la Charte de la Havane (1948)

Sylvain Zini vient de signer son dernier article publié dans la revue Relations Internationales, éditée par les Presses Universitaires de France.
Chercheur au CEIM, spécialiste du lien commerce-travail et des questions liées à la gouvernance globale du Travail, il est également chargé de cours à l’UQAM et à l’Université de Montréal.

Résumé

L’objet de cet article est de mieux comprendre les fondements de l’inclusion de l’article 7 consacré aux normes équitables de travail dans la charte de La Havane qui devait instituer l’Organisation internationale du commerce (OIC). Après la Seconde Guerre mondiale, les principaux architectes du nouvel ordre international accordaient une importance majeure au progrès social. Dans cet esprit, et à la suite de la proposition de la délégation cubaine, les pays développés comme les nations en développement ont coopéré pour créer un mécanisme obligeant tout membre de l’OIC à faire respecter des normes de travail équitables, de manière à créer les conditions propices à un accroissement harmonieux des échanges internationaux. Malheureusement, cette première forme de clause sociale n’a pas survécu à la disparition prématurée de l’OIC.

Lire l’article en intégralité


Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)