Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Pakistan : des ambitions nucléaires qui interpellent

Une analyse d’Olivier Guillard

Pakistan : des ambitions nucléaires qui interpellent

Institut de Relations Internationales et Stratégiques, 2 octobre 2018

"Début septembre 2018, la très sérieuse – et généralement bien renseignée – Federation of American Scientists (FAS) laissait entendre dans un rapport circonstancié (2018 Nuclear Notebook on Pakistani nuclear forces) que l’arsenal atomique du Pakistan comptait à l’été 2018 quelques 150 ogives nucléaires. Et les auteurs de ce document fort intéressant d’en conclure qu’au rythme de production actuelle de la matière fissile, le second pays le plus peuplé d’Asie méridionale disposerait à horizon 2025 de 220 à 250 ogives : une volumétrie considérable faisant dire aux experts en question atomique que le Pakistan serait alors à la tête du 5e arsenal nucléaire militaire de la planète.

Un semestre plus tôt, à l’issue d’une visite sur le principal site nucléaire civil pakistanais (banlieue ouest de Karachi), M. Yukiya Amana, le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) déclarait devant ses hôtes que les installations visitées (notamment les récentes centrales Kanupp II et III) étaient ‘’très sérieusement protégées’’. Fin août, la presse pakistanaise (Daily Pakistan du 31 août 2018) révélait que la Russie fournirait sous peu une station radar civile dernier cri (de type Surok) dédiée à la surveillance et à la protection de ce site des plus sensibles."

Pour lire la suite, voir :
http://www.iris-france.org/119359-pakistan-des-ambitions-nucleaires-qui-interpellent/


Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)