Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > L’IEIM vous présente Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite au Département (...)

Portrait de l’IEIM

L’IEIM vous présente Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite au Département de philosophie de l’UQAM

Mme Boulad-Ayoub est également titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique au Canada , 8 octobre 2018

L’IEIM a pour mission principale de mettre en valeur les travaux et les recherches de ses membres. À travers la série « PORTRAIT DE L’IEIM » l’Institut souhaite mieux faire connaitre les individus qui œuvrent au sein de ses unités de recherche membres.

À l’occasion du lancement du Cycle de conférences-débats sur le thème Émotions et culture démocratique, qui débute ce jeudi, 11 octobre, et du Séminaire sur l’islamophobie au Québec, qui se tiendra vendredi, le 19 octobre prochain, nous vous présentons, cette semaine, le portrait de Madame Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite au Département de philosophie de l’UQAM et titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique.

« Faire de la recherche me parait tellement naturel. »
Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite Département de philosophie, UQAM

Josiane Boulad-Ayoub est née en Alexandrie en Égypte. Elle se passionne très rapidement pour la philosophie et fait son doctorat sur « Le statut de la théorie des Idées de Platon à Malebranche. Descartes et la thèse de l’innéisme », à l’Université Lyon III en France. Elle immigre au Canada en 1969 et à son arrivée, dirige le département de philosophie du CÉGEP du Vieux-Montréal avant de s’engager auprès de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). En 1999, elle devient la première titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique au Canada. Cette titularisation confère à Josiane Boulad-Ayoub un rayonnement international. Sa grande expertise lui permet de recevoir de nombreux prix et reconnaissances pendant sa carrière y compris, notamment, le prix des Sciences Humaines, ainsi que le grade d’officier dans l’ordre national des Arts et des Lettres de la République française en 1999 et la Médaille du Jubilé de diamant de la Reine.

À la question de savoir ce qui la conduit à faire de la recherche, la professeure Boulad-Ayoub rit. Elle explique qu’il lui semble tellement naturel de faire de la recherche, et qu’elle ne se verrait pas faire autre chose. Elle adore tout autant l’enseignement et précise que pour elle, l’un enrichit l’autre. En revanche, si la recherche lui apparait comme une activité évidente, elle souligne qu’il y a eu plusieurs moments dans sa carrière lors desquels elle s’est sentie « réellement utile  ». En l’occurrence, il s’agit d’abord de la nouvelle édition des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative et de la Convention nationale (17 volumes, Paris, 1998, 6354p) et ensuite, ce qu’elle considère comme une « anthologie raisonnée et critique du militant journal des Idéologues », La Décade comme système (Un Prospectus et IX Tomes, Rennes, 2003, 4676p).

Sa grande carrière en philosophie est parsemée de rencontres enrichissantes et marquantes. Madame Boulad-Ayoub nous raconte que sa directrice de thèse, Geneviève Rodis-Lewis, a eu un impact significatif dans sa vie. Les deux femmes sont d’ailleurs restées proches après sa soutenance de thèse.

Nous avons demandé à Madame Boulad-Ayoub ce qu’elle conseille à des étudiantes et étudiants se destinant à la recherche. D’abord, elle indique qu’il faut lire beaucoup d’auteurs classiques se rapportant à la discipline étudiée, « car cela évite d’enfoncer des portes ouvertes » ; ensuite, la recherche requière un esprit critique et de penser par soi-même ; et enfin, elle conseille de ne pas trop insérer de notes de bas de page dans les textes scientifiques.

Pour les années à venir, la professeure a de nombreux projets, dans lesquels elle fait participer les jeunes chercheuses et chercheurs afin de transmettre son savoir-faire et de transmettre son expertise. À ce titre, elle cherche à revaloriser la culture et le patrimoine amérindien à travers un partenariat avec la Commission canadienne de l’UNESCO. Un autre de ses projets est celui sur l’études des émotions et la culture démocratique, pour lequel le cycle de conférence-débats, qui aura lieu pendant toute la session, sera lancé ce jeudi 11 octobre, à compter de 17h30 à la salle A-M204 (Bibliothèque centrale), Pavillon Hubert-Aquin (UQAM).

Pour la biographie complète de Madame Boulad-Ayoub, nous vous invitons à suivre ce lien : http://www.ieim.uqam.ca/spip.php?page=auteur-unesco&id_auteur=789.


Entrevue avec
Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)