Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Le Peuple dans la pensée du jeune Gramsci (traduction de l’italien de Il popolo nel pensiero del giovane Gramsci)

Traduit de l’italien par Omer Moussaly et Adriana de Santis, 18 octobre 2018

Le peuple, sujet et agent de l’histoire !

« Il serait important d’éradiquer cette pensée du sens commun pour laquelle la réalité biologique est tout et tout provient d’elle.

Nous sommes habitués à enquêter sur le sens de la vie, si mystérieuse, si riche en imprévus ; on devrait peut-être donner du sens à sa propre vie, plutôt qu’en chercher la signification.

Nous devons consacrer notre temps à essayer de construire quelque chose pour nous-mêmes par rapport aux autres ; et tout cela est possible, pour autant que l’empan de la vie ne soit pas le premier critère.

C’est la qualité qui importe, la qualité des choses que nous réalisons dans l’espace de temps dont nous disposons ; bref ou long quel qu’il soit, il est à chérir en tous ses moments, à cultiver, à nourrir, à vivre sans peur ou sans honte, mais toujours en voulant être d’illustres modèles sur le plan humain. »

– Alberto Cardosi, octobre 2007

Ce livre est le fruit d’une longue, d’une profonde et d’une amoureuse familiarité d’Alberto Cardosi avec la pensée de Gramsci. Il a été publié quelques mois après qu’il eut disparu, le 3 juillet 2014, à l’âge de 42 ans.

La réflexion d’Alberto Cardosi s’attache à analyser l’évolution du concept du peuple chez Gramsci dès son apparition au cours des années turinoises jusqu’à la naissance du Parti communiste italien. L’auteur précise ensuite le concept de peuple par rapport à la société de classes et finit par l’identifier au prolétariat, lui-même déterminé comme sujet et agent de l’histoire et d’un renouveau spirituel. Un aperçu de perspectives contemporaines et une bibliographie complètent cet ouvrage important qui compte parmi les rares études de la pensée du jeune Gramsci.

Auteur : Alberto Cardosi

Collection : Mercure du Nord

Discipline : Philosophie

Parution : 18 octobre 2018
184 pages
27.00 $

Pour plus d’information sur cet ouvrage, veuillez consulter le site Internet des PUM.

D'autres publications

Audios | Mathieu Boisvert est professeur au Département de sciences des religions et directeur du Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CÉRIAS)

Abécédaire(s) de la souffrance

Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Enregistré dans le cadre de l’exposition HUM(AI)N, au Centre Phi du 28 mai au 15 septembre 2019, et diffusé sur (...), 15 août 2019, par Mathieu Boisvert

Éric Mottet est professeur au Département de géographie et codirecteur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Chine reste à des lieues de « conquérir le monde »

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE)

L’article est paru dans Le Devoir le 10 août 2019, 10 août 2019, par Éric Mottet


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)