Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Une décennie après les attentats de Mumbai, l’Inde entre douleur et (...)

Une analyse d’Olivier Guillard du CERIAS

Une décennie après les attentats de Mumbai, l’Inde entre douleur et colère

Article paru sur le site de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques, 26 novembre 2018

"Le 26 novembre 2008, il y a aujourd’hui une décennie, l’Inde était confrontée à l’un des pires cauchemars de violence terroriste de son histoire moderne, lorsqu’un commando d’une dizaine de citoyens d’origine pakistanaise – comme finit par en convenir Islamabad – perpétra dans un chaos millimétré une douzaine d’attaques distinctes dans la première métropole du pays, Mumbai, au prix d’un effroyable bilan humain.

Dix ans plus tard, le traumatisme de cette action terroriste – laquelle n’est pas sans évoquer quelques traits détestables similaires avec les attentats perpétrés à Paris en novembre 2015 – ne s’est pas totalement dissipé. En cette fin d’année 2018, l’état médiocre des rapports entre les capitales indienne et pakistanaise ne concourt pas à façonner un cadre propice au recueil et au pardon."

POUR LIRE LA SUITE, VOIR :
http://www.iris-france.org/124684-une-decennie-apres-les-attentats-de-mumbai-linde-entre-douleur-et-colere/

Mots-clés


Écrit par
Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)