Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Calendrier des activités > Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (...) > Israel-Palestine and Power : on Exclusion, Diversity and Social (...)

Israel-Palestine and Power : on Exclusion, Diversity and Social Justice

Lundi 25 mars 2019 dès 14h, Salon orange, Centre Pierre-Péladeau (300, boul. de Maisonneuve E.)

Atelier du CRIDAQ-UQAM, avec la participation de Rafeef Ziadah, University of London, de Yasmeen Abu-Laban, Canada Research Chair in the Politics of Citizenship and Human Rights Arts, University of Alberta, de Abigail Bakan, University of Toronto et de Dan Freeman-Maloy, Université du Québec à Montréal.

La crise perpétuelle sur “la question palestinienne”, discuté depuis des décennies aux Nations Unies, ne montre aucun signe de résolution. Elle demeure aussi dangereuse que jamais – et mérite une attention critique de la part des spécialistes.

La Palestine est devenue un cas paradigmatique de gestion institutionnelle et territoriale de la différence. Les “faits sur le terrain”, en Israël, comme les a décrits Ariel Sharon, ont brouillé la frontière entre la répartition inéquitable des ressources dans un territoire donné et les pratiques de guerre pure et simple. Dans quelle mesure cette évolution est-elle propre à la Palestine ; dans quelle mesure reflète-t-elle des tendances plus larges ?

De plus, depuis les débats aux Nations Unies, des années 1970 jusqu’à la Conférence mondiale sur le racisme de 2001 et au-delà, la question de la Palestine a également fonctionné sur un plan plus large, contribuant à définir certaines des approches mondiales les plus influentes de la diversité et de la différence, de la “race” et du racisme. L’évolution de la question palestinienne sur ce plan – y compris à l’époque de la prétendue “guerre contre le terrorisme” et du “choc des civilisations” – exige également une attention plus poussée.

Veuillez noter que cette conférence se déroulera en anglais.

Salon orange, Centre Pierre-Péladeau (300, boul. de Maisonneuve E.)

Entrée gratuite, inscription recommandée, nombre de place limitée.

Organisé par
D'autres activités
Suivant

Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)