Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Calendier

Accueil > Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) > L’IEIM vous présente Mounia Aït Kabboura, diplômée au doctorat en philosophie à (...)

Portrait de l’IEIM

L’IEIM vous présente Mounia Aït Kabboura, diplômée au doctorat en philosophie à l’UQAM

Mme Aït Kabboura est également boursière Banque Scotia-IEIM 2017 et chercheure postdoctorale à l’Université McGill, 22 avril 2019

Mounia Aït Kabboura est récipiendaire de la bourse d’excellence au doctorat Banque Scotia-IEIM 2017. À l’occasion de l’obtention de son doctorat en philosophie, nous vous présentons cette diplômée.

« Les femmes de ma famille m’ont poussé à étudier. »
Mounia Aït Kabboura,
Boursière Banque Scotia-IEIM 2017

Mounia Aït Kabboura détient une licence et une maîtrise en philosophie de l’Université Mohamed V du Maroc. Pendant ses études, elle a eu l’occasion de se perfectionner dans la philosophie occidentale. Elle a ensuite entamé un doctorat en philosophie, sous la direction de Josiane Boulad-Ayoub, professeure au département de philosophie de l’UQAM, et de Chérif Ferjani, professeur à la Faculté de science politique de l’Université Lumières-Lyon 2. En avril 2019, elle a obtenu son doctorat portant sur les fondements du radicalisme islamiste dans la pensée de Sayyid Qutb (1906-1966), avec la mention excellent et recommandation de publier.

Après avoir enseigné la philosophie au Maroc, elle a été chargée de cours à l’UQAM et a dispensé des séminaires en Histoire, culture et société. Membre de la Chaire UNESCO d’étude en fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, elle en est, aujourd’hui, la responsable de recherche et des activités scientifiques.

Nous avons demandé à madame Aït Kabboura ce qui l’avait poussé à faire des études en philosophie. Elle nous raconte que pendant sa jeunesse, elle a passé beaucoup de temps avec ses cousins avides de littérature et d’auteurs en pensée politique. Ainsi, dès le secondaire, elle s’est concentrée sur la philosophie. Tout au long de son parcours, les femmes de sa famille l’ont poussée à étudier, à réaliser ses rêves et, surtout, à aller jusqu’au bout de ce qu’elle entreprenait.

Si elle devait donner un conseil aux étudiantes et étudiants souhaitant se lancer dans la recherche, elle conseillerait de ne pas le faire sans passion. Selon elle, la recherche est solitaire et peut être difficile, il ne faut pas entamer ce type de cursus sans une profonde envie de lire et écrire.

Forte de ses recherches en philosophie, en histoire de la pensée politique et sur l’islamisme, elle a récemment obtenu un poste de post-doctorante au sein de l’Institut d’études islamiques de l’Université McGill, sous la supervision du professeur Robert Wisnovsky. Avec le soutien du Fond de recherche du Québec – Société et Culture (FRQSC), elle étudiera « La rationalité en islam. Averroès et le salafisme djihadiste. Retour de l’histoire ». À la suite de son post-doc, elle espère rester au Québec et obtenir un poste de professeure en philosophie.

L’équipe de l’IEIM tient à féliciter Mounia pour l’obtention de son diplôme de doctorat le 9 avril, 2019, et lui souhaite du succès dans sa carrière !

À paraître :

« Identité et utopie : le projet islamiste et le projet nationaliste au-delà des accords Sykes-Picot », Wajih, Kawtharani (dir.), Les Arabes : de bataille de Merjidabik à Sykes-Picot (1516–1916), Presse Arab Centre for Research &Policy studies, Beyrouth.

« Les utopies totalitaires. Réflexion sur l’islamisme et le nationalisme arabe nassérien », Brahim Jadla (dir.), Les élites militaires à travers l’histoire en Méditerranée, Presses de l’Université de La Manouba.


Produit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)