Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Colloque international

Diversité, vulnérabilité et le politique autrement

Du mercredi 9 au vendredi 11 octobre 2019, Salon Orange, Centre Pierre-Péladeau (300 Boul. de Maisonneuve E.)

La diversité est devenue au cours des dernières décennies un leitmotiv de la pensée libérale progressiste. Son usage conceptuel a servi à redéfinir les conceptions traditionnelles des identités collectives dans le but de mieux tenir compte du pluralisme identitaire, culturel et religieux. Dans les théories politique et sociale, la diversité recherche une meilleure harmonisation des différences tout en favorisant des modèles d’aménagement multiculturels ou interculturels. Mais la diversité fait également figure de lieu commun parmi les leaders politiques et économiques qui lui attribuent une valeur positive en lien avec l’extension des valeurs de la mondialisation, du libre-échange et de l’ouverture des frontières politiques et culturelles.

Pour certains, l’usage de la vulnérabilité en théorie politique et sociale, issue des théories féministes et la pensée critique, constitue une réponse radicale et critique vis-à-vis de la diversité. La valorisation des différences portée par la théorie libérale et les élites politiques voilerait d’autres injustices associées aux questions de genre, de race, d’identité ou de statut social. L’aménagement de la diversité suggéré par les modèles libéraux tendrait à placer les groupes sociaux sous un même plan horizontal, et ainsi à cacher ou à sous-estimer les rapports de dépendance, d’exploitation ou de minorisation qui existent à l’intérieur de ces groupes ou entre eux. Pour ces défenseurs, la vulnérabilité permet de revisiter les divers enjeux soulevés par la diversité – la représentation des minorités, l’identité, les politiques migratoires – et de les recadrer à partir de nouvelles perspectives de justice sociale et d’égalité politique.

En marge de ce débat, l’on retrouve quelques travaux qui ont cherché des rapprochements entre les usages de la diversité et de la vulnérabilité (Fineman, Nussbaum, Mestiri, Okin). Ces deux concepts ont comme point de rencontre la complexité des relations humaines, même si l’un insiste sur les rapports de dépendance entre les individus et les groupes, alors que l’autre insiste sur les rapports culturels ou identitaires différenciés. Mais les liens sont perceptibles, si l’on considère que la culture, la religion, le genre introduisent également des rapports de dépendance entre les individus et les groupes. Chacun des concepts participe à sa manière à la révision des normes établies dans la recherche d’une société plus inclusive des différences ; même si l’un semble demeurer sur le terrain de la théorie libérale et l’autre dans celui de la théorie radicale.

Le colloque se veut un lieu de rencontre pour réfléchir aux entrecroisements possibles entre les concepts de diversité et de vulnérabilité. Leur usage combiné amorce-t-il les fondements d’un regard nouveau sur la pensée et les pratiques politiques et sociales ? L’objectif du colloque est de réunir des chercheurs (établis et émergents) dont les travaux, qu’ils combinent les deux concepts ou qu’ils s’inscrivent dans l’un ou l’autre, sont propices à un dialogue entre la diversité et la vulnérabilité.

Organisation : Bernard Gagnon (UQAR), Naïma Hamrouni (UQTR), Françoise Paradis Simpson (Université de Montréal), Dany Rondeau (UQAR) et Dominique Leydet (UQAM), en collaboration avec le CRIDAQ et ETHOS, l’équipe de recheche en éthique de l’Université du Québec à Rimouski, ainsi qu’avec le soutien du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Salon orange, Université du Québec à Montréal, places limitées, inscription recommandée.

Pour la programmation complète, veuillez visiter le site internet du CRIDAQ.

Mots-clés

Organisé par

D'autres activités

Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ)

Mardi 5 novembre 2019 de 12h30 à 14h, salle A-3440, pavillon Hubert-Aquin (UQAM)

Séminaires et conférences | Midis CRIDAQ-UQAM

La nouvelle politique de la redistribution

Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ)

Vendredi 18 octobre 2019 de 12h30 à 14h, salle A-3440, pavillon Hubert-Aquin (UQAM)


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)