Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Une analyse de Delon Madavan, chercheur associé au Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

Le quartier indien de Singapour : cultures sud-asiatiques et rivalités socio spatiales

Les Cahiers d’Outre-Mer, numéro 278, pp.505-524, 7 février 2020

Sommaire :

"Le quartier de Serangoon road (Little India) est devenu, avec le soutien de la cité-État, la vitrine de l’identité indo-singapourienne. Ce territoire cumule aujourd’hui les fonctions de centre social, culturel, religieux et d’approvisionnement pour les populations d’origine sud-asiatique (Tamouls, Malayalis, Punjabis, Gujératis, etc.) de l’île. L’arrivée depuis les années 1990 de travailleurs peu qualifiés de l’État indien du Tamil Nadu et du Bangladesh a transformé la physionomie et l’utilisation du quartier. L’appropriation de Little India et la circulation en grand nombre d’étrangers peu qualifiés le dimanche soir est à l’origine d’un nouveau problème de cohabitation avec les autres usagers du quartier."

Pour poursuivre :
https://journals.openedition.org/com/9560?fbclid=IwAR3aT9aV01hbHoK26e2mlOBFHEno8zEYlznJh9M3J6FmiIfIWtv6IaC9TSo

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)