Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier

Accueil > Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques > Le MERCOSUR

Le MERCOSUR

Structures institutionnelles et stratégies économiques , mai 2001

En 1991, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay signaient le Traité menant au Marché commun du Cône sud, jetant ainsi les bases du quatrième marché au monde, après l’ALENA, l’Union européenne et le Japon. Mais c’est toutefois le 17 décembre 1994, au Brésil, que le MERCOSUR sera définitivement scellé. L’expérience est intéressante car le projet de marché commun ne se limite pas à la vision compétitive de l’intégration à l’économie mondiale qui s’est développée en Amérique latine depuis les années 1980. D’une part, il reprend, en les adaptant, la vision et les ambitions communautaires des premiers modèles d’intégration. D’autre part, avec sa consolidation sur le plan économique comme sur le plan politique, il apparaît désormais comme une voie intégrative suffisamment crédible pour forcer les États-Unis à lui apporter leur soutien et, ce faisant, à reconnaître le rôle de leader régional joué par le Brésil.

Note de recherche, GRES, volume 3, numéro 9, mai 2001, 49 pages.
ISBN 2-922844-12-9
En consultation sur le site de la Chaire Raoul-Dandurand

Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)