Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Haïti : l’impasse politique d’Aristide

Haïti : l’impasse politique d’Aristide

No 03-28. Décembre 2003, 18 décembre 2003

L’espoir de changement qu’avait incarné Jean-Bertrand Aristide, après la chute de la dictature duvaliériste de 1986, s’est évanoui. Le mouvement Lavalas, ce torrent populaire qui avait triomphalement porté le curé des bidonvilles à la présidence, en décembre 1990, a déferlé en luttes fratricides qui paralysent la gouvernance et contrarient les bailleurs de fonds internationaux.

Cité Soleil, mercredi 5 novembre 2003, 1h30 du matin : un autre chef d’OP « organisation populaire » vient d’être liquidé : Rodson Lemaire, alias Colibri, est le dernier d’une longue liste de leaders d’organisations communautaires qui semblent être trop perturbants pour le pouvoir en place. Il faut remonter à l’origine du mouvement Lavalas pour comprendre le cul-de-sac politique auquel fait face le président Aristide.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)