Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Projet d’études sur les technologies de l’information et des communications (...) > Les restrictions à l’investissement étranger dans les entreprises de (...)

Les restrictions à l’investissement étranger dans les entreprises de télécommunication

26 février 2003

Mémoire présenté au Comité permanent de l’Industrie, des Sciences et de la Technologie de la Chambre des communes

Résumé

La principale conclusion de ce mémoire est qu’il n’est pas dans l’intérêt du Canada de permettre une plus grande participation étrangère dans le secteur des télécommunications. La levée des restrictions étrangères entraînerait :

- La mise en péril des valeurs canadiennes ; il en va de notre identité et de notre souveraineté nationale de conserver des restrictions.
- Une perte de compétitivité des entreprises canadiennes, notamment en raison des risques de délocalisation des activités de R&D. Le Canada est un leader technologique dans plusieurs domaines et ce, en dépit, ou plus certainement grâce à l’existence de restrictions à l’investissement étranger.
- La réduction de notre capacité de réglementation et d’intervention dans ce secteur. La poursuite des objectifs nationaux serait rendue plus difficile en raison des pressions des pays et des entreprises étrangères.
- Une plus grande instabilité du secteur. Jusqu’à présent, les restrictions étrangères ont eu l’effet positif de protéger le marché canadien de l’instabilité qui sévit sur les marchés étrangers, notamment américains.
- Une plus grande dépendance du Canada envers les États-Unis.
- Une plus grande concentration de l’industrie canadienne des télécommunications, synonyme de pertes d’emplois dans le secteur et d’une perte de la diversité du paysage industriel et culturel canadien.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal