Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) > Observatoire des Amériques (ODA) > Les organisations de la société civile à la rescousse du développement : le cas (...)

Les organisations de la société civile à la rescousse du développement : le cas de la République de Guyana

No 04-20. Juillet 2004, 14 juillet 2004

Petit pays anglophone d’Amérique latine, la République de Guyana est peut-être en train de servir d’exemple à la communauté internationale en terme d’aide au développement. Dans ce cas-ci, en effet, les initiatives canadiennes visant à renforcer les capacités des ONG locales dans leurs efforts pour réduire la pauvreté semblent prometteuses et elles pourraient servir de modèle aux autres pays donateurs. Dans un contexte de mondialisation, le Guyana éprouve de sérieuses difficultés à s’insérer positivement dans l’économie mondiale et à faire progresser son PIB, qui était de 717,4 M $ en 2002. Ses services sociaux présentent de graves lacunes. La politique de la main tendue en direction des organisations de la société civile viserait ainsi à diversifier l’économie et à fournir à la population des services sociaux de qualité.

(Suite dans le document joint)


Écrit par
Suivant


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)